Umaru Cissoko, Macky Sall et Cellou Dalein Diallo

« Nous sommes obligés de vivre en paix avec nos voisins immédiats de la sous-région. Même le président Alpha, maintenant que nous sommes des homologues… nous sommes obligés d’oublier tout et de marcher ensemble », a déclaré le Général Umarou Sissoko Emballo, nouveau président élu de Guinée-Bissau, lors d’un entretien accordé à TFM, une télévision privée sénégalaise.

Fils d’une mère malienne, originaire de la préfecture de Lélouma (République de Guinée) et d’un père peulh de Gabou (Guinée Bissau), le nouveau président bissau-guinéen a précisé qu’il ne garde pas de haine contre le chef d’Etat guinéen, qui a l’âge de son grand-père. « Je ne peux pas avoir la haine envers lui juste parce qu’il ne m’aimait pas. Il a tout fait pour que je ne sois pas président. Mais, dès lors que les Bissau-Guinéens m’ont élu, les attaques entre lui et moi, c’est fini. Nous ne sommes pas Senghor et Sékou Touré », a rappelé le Général Emballo, âgé seulement de 47 ans.

Général Umarou Sissoko Emballo, nouveau président élu de Guinée-Bissau

Seulement, Alpha Condé doit aussi faire des efforts pour permettre aux deux Etats de garder les relations de bon voisinage, a dit l’élu qui se réclame très proche du chef d’Etat sénégalais, Macky Sall. « Je lui donnerais tout le respect qui sied, même s’il ne m’aime pas. Il n’a pas besoin de m’aimer, moi non plus. Je dois simplement le respecter en tant qu’homologue et il doit juste changer pour forger le respect mutuel », a indiqué le Général.

A rappeler que le président Alpha Condé, ancien médiateur de la Guinée Bissau, fait actuellement face à des manifestations contre sa volonté de changer la constitution pour se maintenir au pouvoir après son dernier mandat de cette année. Le FNDC a déjà lancé un appel pressant aux Guinéens de Conakry, de l’intérieur et de l’extérieur du pays à une mobilisation exceptionnel pour empêcher « un coup d’Etat constitutionnel ».

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin