Sidya Touré, président de l’UFR

Chers compatriotes,

L’année 2019 qui s’est achevée, a été une année difficile pour nous guinéens. Elle a été malheureusement marquée par la cristallisation de toutes les énergies autour du projet de troisième mandat qui, depuis le début de l’année est devenu la priorité d’Alpha Condé.

Ce projet fortement rejeté par les guinéens a amené les Partis Politiques de l’opposition et les Forces Sociales à se regrouper au sein du FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) afin de créer et d’amplifier un mouvement citoyen capable d’arrêter la mise en œuvre de ce projet funeste. Ainsi, des actions fortes ont été entreprises et nous sommes parvenus à des résultats encourageants, en dépit de la répression sauvage de l’Etat qui a entraîné en moins de deux mois plus de 25 morts et de nombreux blessés. Ces soldats de la démocratie méritent notre respect et notre reconnaissance. Ces jeunes gens sont tombés sous les balles de certains éléments des forces de défense et de sécurité à la solde d’un pouvoir qui n’a plus que la violence à apporter comme solution aux multiples revendications des guinéens. Ce lourd bilan est la preuve éloquente du peu de respect que les autorités du pays ont pour la vie de nos compatriotes. Je salue aussi le courage des centaines de jeunes arbitrairement arrêtés dans le cadre de ce combat sans oublier, bien sûr, tous les responsables du FNDC qui ont été injustement incarcérés par un pouvoir désemparé.

C’est ainsi que, dans le souci de parvenir à ses fins, Alpha Condé tient vaille que vaille à organiser dans la précipitation des élections législatives dont le seul objectif est de lui octroyer son fameux troisième mandat. C’est pourquoi, les partis d’opposition sont déterminés à s’opposer à toute élection sur la base d’un fichier corrompu tel qu’envisagé par une CENI aux ordres.

Au plan social, l’ethno stratégie et la pauvreté ont fragilisé le tissu social. Des pratiques visant à diviser voire à opposer les guinéens les uns aux autres se sont répandues au-delà même de l’Administration. Le Chef de l’Etat contribue personnellement à aggraver cette situation par des discours incendiaires, appelant ses militants à se préparer à affronter d’autres guinéens ou qualifiant d’ennemis ceux qui ne souscrivent pas à ses actions ou à sa politique.

2019 est une année perdue pour nos jeunes qui, plongés dans le désarroi complet, sont contraints à l’exil avec tous ses risques ; pour nos paysans, abandonnés à eux-mêmes sans aucun encadrement de l’Etat ; elle a été une année de souffrance pour l’ensemble des travailleurs qui ont vu leur pouvoir d’achat laminé par l’inflation mais aussi les retraités qui sont des laissés-pour-compte.

Notre pays reste confronté à des défis importants. En plus des défis économiques et la construction d’un Etat performant qui passe par des institutions fortes, nous devons relever le défi sécuritaire dans une sous-région secouée par le terrorisme. La préservation de la paix et de la sécurité implique nécessairement une coopération renforcée au niveau sous régionale.

Chers compatriotes,

Notre pays est à la croisée des chemins. Je ne doute pas un seul instant que notre détermination aura raison des forces maléfiques qui ne sont mues que par des intérêts personnels. Ce qui compromettrait notre avenir en perpétuant le calvaire que nous vivons. Nous devons tourner la page de la médiocrité pour nous atteler à la construction d’un Etat qui va libérer les énergies et favoriser les investissements. Un Etat qui va lutter contre la corruption en vue de créer une croissance économique forte et durable pour tous les guinéens.

En luttant pour le respect de nos institutions qui implique le départ de ce régime à son terme, on pourra renouer avec le progrès économique et social en améliorant le système éducatif et en favorisant la création d’emplois surtout pour les jeunes.

Je voudrais pour terminer, vous réaffirmer ma foi en l’avenir de la Guinée auquel je crois profondément car nous sommes un peuple fort, un peuple qui, uni, est capable de relever les défis multiples qui l’assaillent. Nous pourrons ainsi changer notre vie si nous restons mobilisés dans l’unité de toutes les filles et fils de Guinée sans exclusive dans notre quête de démocratie, de liberté et de prospérité.

Tournons la page, en prenant donc notre destin en main dès 2020, pour libérer notre pays et nous construire un avenir meilleur.

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2020

Vive l’Alternance

Vive la GUINÉE

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin