Taliby Dabo

Le choix des candidats pour les élections législatives du 16 février 2020 n’a pas été un long fleuve tranquille dans les rangs du RPG/Arc-en-ciel, le parti au pouvoir en Guinée. Contesté par les jeunes à Kankan mais adulé par certains barons du parti, Taliby Dabo n’a eu d’autres choix que de se retirer de la course. Il en a fait l’annonce sur les ondes du groupe Dabo Médias de Kankan, le dimanche 29 décembre 2019, parlant d’incompatibilité de la fonction de député avec ses occupations même si certains pensent que ce sont les jeunes de Kankan qui ont eu raison de lui.

Quelques jours après cette prise de position, Taliby Dabo a accordé une interview au correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture où il est revenu sur de nombreux sujets.

Guineematin.com : on a appris que vous avez retiré votre candidature à la députation à l’uninominal de Kankan. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Taliby Dabo : je pensais que je pouvais être député et continuer à servir Kankan et d’autres villes de la Haute Guinée, parce que c’est ça ma préoccupation. Lorsque j’ai été choisi, je suis allé a Conakry et là-bas je me suis rendu compte que cela n’est pas compatible avec mes autres activités économiques et politiques. Alors, pourquoi confisquer lorsque vous savez que ça ne va pas vous servir et ça ne va pas servir les autres, ou bien ça ne va pas servir votre idéal parce que c’est un problème d’idéal ? Donc, je me suis dit que ça va m’éloigner de Kankan, je serais pratiquement à Conakry et ça ne servira qu’a M. Dabo. Je peux bénéficier de véhicules, on va me payer, on va me donner tout ce que je veux, mais ces montants là ne vont pas me servir, parce que ce que je gagne est plus que cela. Donc, un député ne gagne pas plus que moi.

Guineematin.com : pour la majeure partie de l’opinion publique, c’est suite à la pression de la jeunesse que vous avez retiré votre candidature. Qu’en dites-vous ?

Taliby Dabo : c’est une insulte ou alors une moquerie de la part de la jeunesse de Kankan. Pour ma présentation, lorsque vous avez 40 à 50 personnes qui sortent pour dire qu’ils ne sont pas d’accord, vous n’avez pas à céder parce que ce n’est pas une pression. Peut être qu’ils se sont servis des medias, on a pensé que c’était une pression, mais Kankan n’a pas senti. Les choses ont fonctionné normalement à Kankan, les jeunes n’ont pas ressenti qu’il y avait un mouvement. Alors, s’il y avait deux milles, trois milles, dix milles ou trente milles jeunes dans la rue, là on n’appelle ça une pression. Donc, une cinquantaine de personnes ne pouvait pas m’amener à quitter sur une liste déjà admise, ce n’est nullement cela, c’est très loin d’une pression.

Guineematin.com : les jeunes ont pointé du doigt le fait que c’est le camp de Kankan qui a été choisi pour élaborer une liste en catimini et non le siège du parti. Que répondez-vous à ça ?

Taliby Dabo : aucune élection ne s’est déroulée au camp, c’est faux et archi faux. Tout le monde s’est retrouvé au siège, ce n’est pas 8 sections, c’est 20 sections. Il était question de faire un choix entre les trois personnes, à savoir le député national, uninominal et un suppléant. Chaque section devrait se prononcer, il y avait une vingtaine de candidats, les sections se sont retrouvées de façon démocratique pour mettre sur papier les trois personnes. Donc, il fallait convoquer une réunion pour rendre public ce résultat, mais les gens sont venus perturber. La commission a alors déplacé la rencontre sur Ho-chi-Minh pour la confirmation devant tout le monde. Mais, ce n’était plus pour le vote, parce que chaque section avait déjà effectué le vote. Mais malheureusement, les mêmes jeunes sont venus arracher la porte de la salle, s’infiltrer pour perturber la confirmation du vote. Par peur que les résultats ne se retrouvent brûlés et déchirés, la commission a quitté les lieux pour se réfugier ailleurs. Après, elle est venue au siège devant les 20 sections pour rendre officiel les résultats. Donc, moi je ne sais pas quand est-ce que la commission s’est rendu au camp, encore moins ce qui s’est passé. Il y a eu vote au siège, mais il n’y en a pas eu au camp.

Guineematin.com : comment expliquez vous le fait que les jeunes n’aient pas eu de problèmes avec la candidature de M. Abdou Kaba, ni celui de Mory Kolofon Diakité, mais c’est seulement avec la vôtre qu’ils avaient un problème ?

Taliby Dabo : c’est ce qui est paradoxale. Mais, ça ne me surprend pas, c’est des jeunes instrumentalisés, orientés et manipulés. Si non, comment se fait-il qu’il y ait deux choix, mais vous ne parlez que d’un choix alors que les deux ont été faits de la même manière ? Mais bon, c’est comme ça que ce groupe de jeunes s’est laissé emporter, par quoi ? Je ne sais pas.

Guineematin.com : quels seront vos prochains rapports avec ces jeunes, quand on sait que vous êtes le directeur de campagne du RPG à Kankan et que ce sont les élections qui pointent à l’horizon ?

Taliby Dabo : mais quels jeunes ? Les 50 là dont vous parlez ? Mais les jeunes sont avec moi, le samedi passé, ils étaient tous au siège (rire…) Je suis arrivé de Conakry, j’ai fais un meeting, je leur ai dit de venir s’expliquer, ils ne pouvaient pas se servir des médias pour se faire entendre. Il fallait simplement faire un rapport ou une plainte, vous envoyez à la coordination ou au Bureau Politique National. C’est ça que j’ai dénoncé. Tout le monde ne peut pas être avec M. Dabo, si parmi mille jeunes, il y a une centaine qui ne sont pas d’accord avec M. Dabo, c’est tout à fait normal, c’est ça la démocratie.

Guineematin.com : lors d’une manifestation des jeunes opposés à votre candidature, nous avons rencontré des femmes qui vous accusaient d’avoir détourné l’argent de la MUFFA (Mutuelle Financière des Femmes Africaines). Quelle est votre réponse face à ces accusations ?

Taliby Dabo : mais s’il vous plait, moi je suis à Kankan, quelqu’un qui détourne n’est pas à Kankan, s’il vous plait. Pourquoi ces femmes là ne viennent pas chercher M. Dabo ? C’est aussi simple, pourquoi elles ne viennent pas réclamer leur argent ? Moi je suis tout le temps avec ces femmes, vous les voyez en train de danser avec moi et m’acclamer. C’est vraiment paradoxal. Tout ça, c’est du chantage. Je ne peux pas répondre à des trucs comme ça, parce que ça n’a pas de sens. La MUFFA est là-bas, la présidente est là-bas, ça travaille.

Guineematin.com : ne pensez vous pas qu’il y a un véritable problème entre votre personnalité et les autres au sein du RPG ? Parce qu’on apprend qu’il y a des années, vous auriez pu être nommé ministre, ça n’a pas marché ; préfet, ça n’a pas non plus marché. Aussi, vous aviez voulu être maire et aujourd’hui vous voulez être député, rien ne marche en tous cas quand ça concerne Taliby Dabo…

Taliby Dabo : personnellement je n’ai jamais voulu être ministre, ni même directeur de campagne, bien que j’ai reçu des propositions. Moi, je suis politique et je reste politique. Ensuite, vous parlez de la mairie, moi j’ai été choisi par les sections, après profonde réflexion, j’ai déclaré sur certaines radios que je ne veux pas être maire. Mais, ils ont eu de l’estime pour moi, pour me mettre sur la liste. Donc, je leur ai expliqué pourquoi je ne veux pas être sur la liste. Pour la députation, je vous ai dit que c’est une décision personnelle. J’étais candidat, j’ai été retenu et à Kankan et à Conakry. Je n’ai pas voulu parce que ce n’est pas compatible à mes activités économiques et politiques.

Entretien réalisé par Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin