Boubacar Barry, ministre du Commerce

Les membres du gouvernement continuent de défiler devant les médias pour présenter le bilan des activités réalisées ces dernières années par leurs départements respectifs. C’est dans cette dynamique le ministre du Commerce, Boubacar Barry a conféré avec la presse nationale ce vendredi, 03 janvier 2020 dans un réceptif hôtelier de Conakry. Il a mis l’occasion à profit pour annoncer une série de mesures dans la réglementation du commerce dans notre pays, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, le ministre du Commerce a commencé par donner de larges informations sur la mission principale de son département. Selon lui, la Guinée est partie du commerce étatique, c’est-à-dire la période postindépendance vers un libéralisme à outrance (2ème et 3ème République). Ce qui a permis de développer un secteur privé de façon pas très structuré. « L’Etat et le gouvernement ont pu malgré tout, améliorer le cadre institutionnel de l’exercice du Commerce en République de Guinée et créer les entités d’accompagnement pour booster et soutenir le secteur privé. C’est ainsi que pendant cette période, on a pu créer la Chambre du Commerce, d’Industrie et d’Artisanat de la République de Guinée, on a pu créer le Conseil National du Patronat Guinéen, la Guinée a pu être membre de l’Organisation Mondiale du Commerce, etc. Ce dispositif à outrance a incité beaucoup de Guinéens à aller dans le secteur du commerce avec une prédominance du secteur informel puisqu’une stratégie nationale avait été conçue pour accompagner ce passage », a-t-il introduit.

Poursuivant, Boubacar Barry a indiqué que la balance commerciale de la Guinée sur les deux dernières années sont « excédentaires de mille cent dix millions de dollars pour 2017 et 592, 42 millions de dollars en 2018. Bien entendu la source de ces informations, c’est les états de la Banque centrale de la République de Guinée établis en mai 2019. Vous constaterez qu’il y a une déperdition entre les deux années et cela s’explique par la baisse de l’exportation de certains minerais tels que l’or, le diamant, et certains produits agricoles ».

Boubacar Barry, ministre du Commerce

Par ailleurs, Boubacar Barry a indiqué que depuis 2010, l’Etat continu d’apporter des mutations institutionnelles pour permettre au commerce guinéen de jouer son rôle et être le vecteur de la croissance dans notre pays. « L’objectif étant de faire que nous puissions substituer progressivement nos produits d’exportation qu’est la bauxite par la diversité agricole qu’on pourrait mettre en valeur compte tenu des contraintes dans lesquelles nous pourrions rentrer et d’une part par rapport à notre appartenance à la CEDEAO… C’est à ce titre que des initiatives sont en cours actuellement au niveau du ministère pour nous permettre de pouvoir relever ce défi. La première initiative qui est lancée, est la biométrisation des acteurs économiques et la délivrance de nouvelles cartes professionnelles. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que la plupart des cartes professionnelles misent sur le marché aujourd’hui sont des fausses cartes qui peuvent être fabriquées à n’importe quel coin de la rue de Conakry et de l’intérieur du pays. Le problème que nous avons, c’est de pouvoir camper tous les acteurs que nous avons dans le secteur pour savoir qui fait quoi, de quelle manière et dans quelle catégorie», a-t-il indiqué.

Parlant de cette biométrisation, le ministre du Commerce a expliqué que cette biométrisation des acteurs économiques sera d’une grande importance dans le secteur. « Cette biométrisation va nous permettre d’avoir une base de données des acteurs du commerce spécifiés par catégories et par activités pour permettre de savoir qui est dans telle activité, dans quel secteur sur l’ensemble du territoire national. Cette base de données va nous permettre d’identifier tous les acteurs qu’ils soient importateurs, exportateurs, grossistes, demi-grossistes, détaillants ou revendeurs sur toute l’étendue du territoire national par secteur d’activités. Et, cette base de données sera mise à la disposition des opérateurs économiques et des hommes d’affaires pour que les gens puissent avoir les outils nécessaires au développement de leur activité par l’identification des acteurs qui sont dans le secteur du commerce », a laissé entendre monsieur Barry.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin