Abdourahmane Sanoh, coordinateur national du FNDC

La première marche du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de l’année 2020 a mobilisé une foule immense ce lundi 6 janvier. Le carrefour Tannerie, dans la commune de Matoto, point de ralliement avant le départ, était noir de monde. Abdourahmane Sanoh, coordinateur national du FNDC, arrivé sur les lieux avec des milliers de personnes, a harangué ses partisans, décidés à lutter contre le projet de nouvelle constitution, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le FNDC a mobilisé du monde pour le 7ème acte de sa série de manifestations contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. A l’arrivée des leaders du FNDC au carrefour de la Tannerie, Abdourahmane Sanoh s’est adressé à la marrée rouge. « En ce lundi 06 janvier 2020, nous appelons tous les Guinéens à se mobiliser pour la résistance. Les vieux, vieilles, jeunes doivent tous sortir aujourd’hui pour manifester afin de réclamer nos droits. Nous n’allons plus accepter qu’on nous impose quoi que ce soit, on ne veut plus être sous-estimé. C’est pour cela nous appelons le peuple de Guinée à la mobilisation. Ils n’évitent pas à tuer les filles et fils du pays, ils n’évitent pas à tuer nos ressources. C’est pourquoi nous demandons au peuple de Guinée à se lever pour la résistance afin de défendre notre souveraineté, seul le peuple est souverain ».

Parlant de la grève annoncée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) pour le jeudi 09 janvier prochain, Abdourahmane Sanoh a dit le soutien du FNDC aux enseignants de Guinée. « Nous soutenons les enseignants qui sont victimes de ses imposteurs, de ces pilleurs. Les enseignants doivent être forts, parce que leur revendication est légitime. Aujourd’hui, les enseignants sont victimes de tout, ils sont payés à un salaire qui ne les permet pas de résoudre les besoins fondamentaux. Ils n’ont pas de moyens pour donner une éducation sûre à nos enfants. C’est une insulte pour nos enseignants. Donc, nous resterons derrière eux », a-t-il lancé.

Pour les membres du FNDC, leur combat ne s’arrêtera que le jour où le président Alpha Condé renoncera au projet de nouvelle constitution destiné à lui ouvrir la voie à un 3ème mandat.

Depuis la Tannerie, Saa Foko Millimouno pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin