Les responsables du SLECG à N’Zérékoré ont réagi à la sortie du préfet, Elhadj Sory Sanoh, qui a déclaré qu’il ne reconnaît pas la structure syndicale des enseignants. Au lendemain de cette déclaration de l’autorité préfectorale, Amara Kadiatou Camara, le secrétaire préfectoral du SLECG, a parlé d’un non-événement. Il l’a dit au micro du correspondant de Guineematin.com ce mercredi, 08 janvier 2020.

Amara Kadiatou Camara, secrétaire préfectoral du SLECG à N’Zérékoré

« Si le préfet dit qu’il ne reconnait pas notre structure, pour nous c’est un non-événement. Si les enseignants de Guinée ont reconnu cette structure syndicale, je pense que c’est la meilleure des choses. Monsieur le préfet a été toujours comme ça, il a toujours dit qu’il ne reconnaît pas le SLECG de N’Zérékoré. Ça a toujours été comme ça depuis la première équipe, donc cela ne nous préoccupe pas », a-t-il dit.

Le syndicaliste a réitéré l’appel du SLECG aux enseignants à arrêter les cours à partir de demain, jeudi 09 janvier 2020, pour exiger du gouvernement un salaire mensuel de 8 millions de francs par enseignant. Et, il les a rassurés que leurs salaires ne seront pas gelés.

« Aucune intimidation ne va nous détourner de notre objectif. Le DPE ne doit pas intimider les enseignants de Guinée, parce que ce que nous réclamons, c’est un droit constitutionnel… Aucun salaire ne sera gelé. Il faudrait que les enseignant de Guinée, plus particulièrement les enseignants de N’Zérékoré, soient rassurés de ça. Et si cela y est, le SLECG du général Aboubacar Soumah va agir en conséquence », a-t-il promis.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah Guineematin.com

Tel : +22462166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin