Feu Mamadou Lamarana Diallo

Il y a quelques heures, nous annoncions que la grève des enseignants a entraîné des perturbations à Wanindra, dans la commune de Ratoma, et la blessure par balle d’un citoyen par des agents des forces de l’ordre. Mamadou Lamarana Diallo, âgé de 21 ans, a malheureusement succombé à sa blessure, a appris Guineematin.com dans la soirée de ce jeudi 9 janvier 2020.

Selon les membres de sa famille, la victime était dans une mission de son papa. Elhadj Mamoudou Diallo a envoyé son fils chercher des chaises pour les invités attendus au baptême de son enfant, prévu demain, vendredi.

Malheureusement, il sera confronté à des perturbations liées à la grève des enseignants, lancée ce jeudi sur toute l’étendue du territoire national par le SLECG (Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée).
Fils de Néné Safy Diallo et d’Elhadj Mamoudou Diallo, le défunt est originaire de la sous-préfecture de Kankalabé, préfecture de Dalaba. Son corps a été déposé à la morgue de l’hôpital national Ignace Deen.

Paix à son âme, amine !

Comme on le sait, le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a lancé ce jeudi une grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire guinéen. Très suivie par les enseignants en cette première journée, cette grève vise à contraindre le gouvernement à respecter le protocole d’accord signé à l’issue de la dernière grève, au dernier trimestre 2018.

A noter que la grève lancée aujourd’hui intervient dans un contexte de grave crise politique en République de Guinée. A quelques mois de la fin de son dernier mandat (après ses deux mandats de cinq ans), le président Alpha Condé tient à changer la constitution actuelle qui lui empêche de faire un troisième mandat. Ce que refusent les partis politiques et les acteurs de la société civile qui se sont regroupés au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). D’ailleurs, ces derniers appellent avec insistance les Guinéens à se mobiliser pour sauver la démocratie guinéenne. Des manifestations générales illimitées sont annoncées dans ce sens à partir du lundi 13 Janvier 2020 en Guinée et à l’étranger.

Le président Alpha Condé a lui-même été élu à l’issue d’une grave crise politique consécutive au changement de la constitution par le deuxième président de la Guinée indépendante, en 2001. Après la mort du Général Lansana Conté, le 22 décembre 2008, ce sont des militaires qui s’étaient emparés du pouvoir avant d’organiser l’élection présidentielle de 2010.

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin