A l’image de plusieurs autres écoles de Conakry, le lycée 1er mars de Matam n’a pas fait cours ce jeudi, 09 janvier 2020, premier jour de la nouvelle grève générale et illimitée appelée par le SLECG, dirigé par Aboubacar Soumah. Les enseignants de cet établissement scolaire ont massivement répondu à l’appel de leur syndicat en restant à la maison. Et les rares qui sont venus à l’école n’ont pas réussi aussi à dispenser les cours, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Elvis Grovogui, élève en classe de terminale, sciences sociales au lycée 1er mars de Matam

Ils en ont été empêchés par des élèves, mécontents de n’avoir pas eu de professeurs dans leurs classes. Pour exprimer leur colère, ces élèves ont jeté des cailloux sur l’école. « Nous sommes venus à l’école, pensant que nos professeurs allaient venir en classe, malgré la grève lancée par le SLECG. Malheureusement, on n’a pas vu les professeurs. Mécontents, nous sommes sortis pour réclamer notre droit, mais les forces de l’ordre ne nous ont pas laissés faire. Elles nous ont dispersés », témoigne Elvis Grovogui, élève en classe de terminale, sciences sociales au lycée 1er mars de Matam.

Interrogé sur cette situation, Sékou Camara, le proviseur du lycée 1er mars de Matam, a indiqué que « les élèves étaient venus massivement ce matin, mais ce sont les professeurs qui n’ont pas accepté de venir donner cours. Sur 34 professeurs programmés, il n’y avait que 6 présents. On avait commencé les cours mais entretemps, nous avons reçu des cailloux venant de l’extérieur. Comme je ne voulais pas qu’il y ait des blessés, j’ai décidé de libérer les élèves qui étaient en classe », a-t-il expliqué.

Contrairement au lycée 1er mars de Matam, celui de Bonfi a enregistré la présence de plusieurs enseignants ce jeudi. Et, ces derniers ont pu dispenser les cours. D’où la joie du proviseur, Alhassane Bérété. « En ce premier jour de grève, je suis vraiment ému. D’abord, les élèves ont répondu massivement : sur 1 452 élèves, 1 171 ont répondu présent. Du côté des enseignants, 29 étaient programmés. Parmi eux, 13 étaient présents le matin. Et, 3 autres sont venus un peu plus tard, portant à 16 le nombre d’enseignants présents sur les 29 programmés », a dit le responsable éducatif.

A noter que deux jeunes ont été interpellés au lycée Bonfi et mis à la disposition des agents des forces de l’ordre. Ils sont accusés d’avoir voulu perturber les cours dans cette école.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 32

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin