La mouvance présidentielle ne digère toujours pas la décision prise par les grandes formations politiques d’opposition d’avoir boycotté les législatives de février prochain et de vouloir empêcher leur tenue. C’est pourquoi, les discours caustiques en direction des opposants ne manquent pas au RPG Arc-en-ciel. Le parti a réitéré ses diatribes ce samedi 11 janvier 2020, à l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le ministre de l’Enseignement Technique, Lansana Komara ; et le député, Amadou Damaro Camara, ont sévèrement critiqué les opposants guinéens, qualifiés de nains politiques.

Le retrait de l’opposition du processus électoral en cours n’étonne pas Lansana Komara, par ailleurs secrétaire administratif du RPG Arc-en-ciel. Selon ce haut responsable du parti au pouvoir, l’opposition guinéenne est toujours dans son exercice favori, à savoir la contestation.

Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique et de la formation professionnel

« A chaque élection, ils ont quelque chose à dire. Ils sont en train de contester le fichier, ils sont en train de contester le président de la CENI. Le fichier dont ils parlent, ils ont été acteurs de la confection de ce fichier et ce fichier a été suivi par les organisations internationales. Mais, comme on le dit bien, les battus ont toujours des arguments. Ils ont peur d’aller aux élections, sinon ce n’est pas un problème de fichier, ce n’est pas un problème de président de la CENI. Dans ce pays, nous avons même importé des présidents de la CENI pour surveiller nos élections. Mais malgré tout, ils ont été battus à plate couture. L’opposition guinéenne, tout en contestant toutes les institutions, surtout la CENI, pense qu’il faut mettre une autre CENI en place. Même si nous mettons 100 CENI en République de Guinée, ils vont contester les 100 CENI du pays. C’est pourquoi, ils seront toujours dans cette permanente contestation ».

Qualifiant Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré de nains politiques, Lansana Komara a fait savoir que le retrait de ces leaders politiques du processus électoral permettra d’avoir une opposition responsable au sein de la future Assemblée nationale. « Ce n’est pas des politiciens, ce sont des nains politiques. Ils ne voient pas plus loin, c’est pourquoi ils sont en train de boycotter les élections. Les conséquences, c’est tant pis pour eux. Nous avons besoin d’une opposition responsable à l’Assemblée nationale. Dieu sait faire les choses, si tout va, et tout ira très bien, nous aurons une opposition responsable cette fois-ci à l’Assemblée nationale pour le bonheur de notre peuple, pour la victoire du peuple de Guinée sur le mal », a asséné Lansana Komara.

Très attendu par l’assistance pour son discours, l’honorable Amadou Damaro Camara s’en est sévèrement pris au Front National pour la Défense de la Constitution. « Le FNDC est une couverture. C’est l’UFDG, Sanoh et son organisation. Les deux là travaillent ensemble depuis longtemps. Si vous vous souvenez, nous les avons dénoncés il y a au moins deux ans pour dire que Sanoh n’est pas de la société civile, Sanoh est une forme habillée de l’UFDG. Maintenant aujourd’hui, ils décident de ne pas aller aux élections. Chacun est libre d’aller aux élections ou de ne pas aller. Mais des gens qui se disent démocrates, non seulement moi je ne veux pas, mais il n’y aura pas d’élection. On appelle ça en Français de l’arrogance. Ça, c’est de l’arrogance de la part de Cellou. Ça, c’est l’arrogance da la part de Sidya », a-t-il martelé.

Amadou Damaro Camara, député à l’Assemblée nationale

Pour Amadou Damaro Camara, Cellou Dalein s’est fait avoir par Sidya Touré qui l’a poussé à boycotter le scrutin législatif. « Cellou est dans quelque chose qu’il ne connait pas. Je crois que Sidya l’a amené sur une mauvaise pente. Sidya n’avait même pas de candidats dans les uninominaux. Il savait qu’il allait être battu à plate couture, il savait que son mythe allait tomber. Lui son souhait, c’est qu’il n’y ait pas d’élection. Malheureusement ou heureusement pour nous, il a pu entrainer son petit frère qui est dans la politique sans savoir c’est quoi la politique », a lancé Damaro Camara.

Parlant de la grève lancée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs, dirigé par Aboubacar Soumah, Damaro dénonce une collusion avec les acteurs politiques. « Aboubacar n’a sa grève que quand il y a manifestation de l’opposition. Mais heureusement, nous félicitons les parents d’élèves, nous félicitons les élèves pour n’avoir pas répondu à cet appel qui n’est rien d’autre que politique. Sinon à ce jour, il n’y a aucune revendication entre le gouvernement et le SLECG qui n’ait été acceptée ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin