Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG de ce samedi, 11 janvier 2020, Cellou Dalein Diallo est revenu sur la question de l’unité nationale qui est souvent remise en cause ces dernières années. L’opposant a assuré que les Guinéens ne sont pas divisés et que c’est seulement le président Alpha Condé qui tente de le faire croire. C’est pourquoi, il estime que l’actuel chef de l’Etat guinéen est le seul problème de l’unité nationale, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

« Vous savez, Alpha Condé a une haine particulière contre les peulhs. Je ne parle pas de ça habituellement, mais il faut en parler parce qu’il (Alpha Condé, ndlr) veut amener tout le monde à faire comme lui. Heureusement, les Guinéens ne le suivent pas. On a tendance à faire croire que les malinkés sont contre les peulhs, ce n’est pas vrai. Les malinkés et les peulhs s’entendent correctement. Et c’est pourquoi, il y a une importante communauté peulh en Haute Guinée. Ils exercent de façon paisible leurs activités, ils participent à toutes les activités sociales. Ils se marient entre peulhs et malinkés sans aucun problème. C’est Alpha Condé le problème de l’unité nationale », soutient-il.

Le chef de file de l’opposition se félicite d’ailleurs des sorties médiatiques de certains leaders d’opinion originaires de la Haute Guinée, notamment le chef coutumier de Kankan, l’historien Pr Lanciné Kaba, le doyen N’Fally Sangaré, qui ont tous dénoncé et condamné les pillages de boutiques appartenant à des ressortissants de la Moyenne Guinée, enregistrés en début de semaine dans la capitale de la Haute Guinée. Pour lui, tout cela prouve encore une fois, qu’il « n’y a pas de problème entre les communautés. Les gens s’acceptent. L’unique problème de l’unité nationale, c’est Alpha Condé », insiste Cellou Dalein Diallo.

Une raison de plus, selon l’opposant, pour que les Guinéens se mobilisent pour exiger du président de la République de quitter le pouvoir à l’issue de son second mandat. Il réitère donc son appel à ses partisans à manifester à partir du 13 janvier prochain jusqu’à ce que le président Alpha renonce à son projet de nouvelle Constitution, qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat.

« On n’a pas besoin d’une nouvelle constitution. On a besoin de l’application de nos textes de lois qui sont dans la Constitution actuelle, qui n’a rien à envier aux Constitutions du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Niger… Viser à modifier la Constitution, c’est permettre à Alpha Condé de s’éterniser au pouvoir », a-t-il laissé entendre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin