A l’occasion d’une conférence de presse animée dans la matinée de ce lundi, 13 janvier 2020, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire a annoncé des déguerpissements dans plusieurs zones de Conakry et environs. Dr. Ibrahima Kourouma tient à récupérer (sans indemnisation préalables) 125 hectares à la zone du lac de Sonfonia, 300 hectares au plateau de Simbaya OBK, 235 hectares à la zone d’équipements collectifs de la gare de Kagbèlen et 200 hectares à la zone industrielle de Sanoyah.

A l’occasion de sa conférence de presse de ce lundi, le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire a fait l’état des lieux du secteur de l’urbanisme et de l’habitat en République de Guinée. Dr Ibrahima Kourouma a laissé entendre que de 1958 (année à laquelle la Guinée a accédé à la souveraineté nationale) à l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir, en 2010, « le secteur de l’urbanisme a été caractérisé par un manque de vision qui n’a pas permis d’avoir des villes véritablement urbanisées » dans le pays.

L’actuel patron du département de la ville et de l’aménagement du territoire a aussi réitéré son engagement à récupérer les domaines de l’Etat. Et, parmi « les domaines et à récupérer », Dr Ibrahima Kourouma a cité « le centre directionnel de Koloma (sur 267,5 hectares), la zone du lac de Sonfonia (125 hectares), le plateau de Simbaya OBK (sur 300 ha) et destiné aux industries, la zone d’équipements collectifs de la gare de Kagbèlen (sur 235 ha), la zone industrielle de Sanoyah (200 ha)…».

Parlant de cette récupération des domaines de l’Etat et des conséquences qu’elle pourrait engendrer, le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire a été très clair. « Si l’on doit indemniser tous ceux qui occupent les domaines de l’Etat avant qu’ils ne soient déguerpis, l’Etat ne va jamais récupérer ses domaines… En plus, comment on peut faire quitter chez soi et lui offrir encore un domaine ? Le problème d’indemnisation ne se pose pas… », a dit Dr Ibrahima Kourouma.

Interpellé sur la situation des déguerpis de centre directionnel de Koloma, le chef du département de la ville et de l’aménagement du territoire est resté droit dans sa logique. « Encore une fois, le problème d’indemnisation ne se pose pas… On a dit à tous ceux qui ont des documents légaux de venir les présenter à notre département ; mais, jusqu’à présent, on n’a vu personne d’abord », a dit Ibrahima Kourouma.

Le ministre de la ville s’est aussi exprimé sur la problématique du logement et la construction des logements sociaux en Guinée. Et, selon lui, « pour l’ensemble du pays, les besoins naturels en logements sont aujourd’hui de 45 mille unités par an. Et, si l’on tient compte des besoins antérieurs, le déficit cumulé est de 500 mille unités ». Mais, pour résorber le problème, explique Dr Ibrahima Kourouma, « un programme de construction de logements sociaux a été initié par le président de la République pour permettre à chaque ménage d’accéder à un logement décent ».

Dans sa communication devant la presse, le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire a aussi présenté les perspectives de son département, surtout dans le domaine de l’habitat. Dr Ibrahima Kourouma a surtout parlé du programme d’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations. « Un programme qui connaîtra la mise en œuvre d’un programme de logements, en commençant par la construction de 5 000 logements sociaux en 2020, en faveur des travailleurs de l’administration publique. Et, la priorité sera accordée aux enseignants, aux agents du corps de la santé, aux forces de défense et de sécurité », a indiqué Dr Ibrahima Kourouma.

Nous y reviendrons !

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin