L’appel à la grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire national du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) est diversement suivi dans notre pays. Dans la matinée d’hier lundi, 13 janvier 2020, les cours ont connu une légère perturbation au collège Niger où des passants ont jeté des pierres, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Damany Kaba, principal du collège Niger

Interrogé sur ces brefs incidents, Damany Kaba, principal du collège Niger, est revenu sur ce qui s’est passé. « Vous savez, il y a certains enfants mal intentionnés qui cherchent à mélanger les uns et les autres. C’est des enfants qui passaient vers RMD qui ont jeté un caillou sur les tôles. Aussitôt, il y a eu des mouvements. En même temps, nous avons pris les dispositions nécessaires pour ne pas qu’il y ait débordement. On a fait rentrer les enfants en classe et pratiquement les cours évoluent normalement. Il y a certains professeurs qui font semblant d’enseigner, mais avec moi, ça ne marche pas. Si tu viens à l’école, tu vas enseigner obligatoirement, si non je te rends. Les enseignants, 9 sur 9 qui devraient enseigner ce lundi matin, sont tous présents. Sur les 3600 élèves de notre école, 1235 sont présents. Quant à l’encadrement, sur 7 encadreurs, 7 sont présents », a expliqué monsieur Kaba.

Sous le sceau de l’anonymat, un élève a expliqué ce qui s’est passé. « On était assis en classe, les gens ont jeté des cailloux sur les tôles. C’était des élèves. Tout le monde était sorti, même les professeurs avaient peur », a dit le collégien.

Madame Aminata Diawara, proviseure du lycée Dandaya

Par contre, les choses se sont déroulées normalement au lycée Dandaya où élèves et enseignants ont pris part aux cours. Ce qui a suscité la satisfaction d’Aminata Diawara, la proviseure dudit lycée. « Depuis 7 heures 15, tous les membres de la direction, 5 sur 5, étaient présents. A 7 heures 45′, on a fait la montée des couleurs avant que les élèves ne rentrent en classe et les professeurs de commencer les cours. Sur les 9 enseignants programmés, 8 ont répondu présent ce lundi. La seule personne qui est absente, c’est à cause de la maladie de sa femme. Depuis le matin, ça étudie ici, toutes les classes sont occupées parce que bientôt, c’est les compositions du premier trimestre »

À Faranah, les enseignants semblent ne pas intéressés par la grève du SLECG.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tél. : 00224 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin