Après la violente journée du lundi, qui s’est soldée par un mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels importants, les manifestations se sont poursuivies ce mardi, 14 janvier 2020, dans la ville de Labé. Un autre jeune a été tué par balle aujourd’hui, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

On n’en sait pas encore grand-chose sur les circonstances dans lesquelles cet autre jeune a reçu une balle dans la tête. Mais, une source hospitalière a confirmé au micro de Guineematin.com, que la victime a succombé à l’hôpital régional de Labé, alors que les médecins tentaient de le sauver.

« Ce mardi, nous avons reçu deux blessés par balles à l’hôpital régional de Labé. L’un a reçu une balle au niveau de la tête et l’autre au niveau de la bouche. Le premier a été admis d’urgence à la salle de réanimation. Finalement, il a rendu l’âme aux environs de 16 heures. On nous apprend que la victime s’appelle Souleymane Diallo, domicilié au secteur Dar es-salam, relevant du quartier Doghol, dans la commune urbaine de Labé », a expliqué notre interlocuteur.

Selon lui, l’autre jeune, blessé au niveau de la bouche, est en train de recevoir des soins à l’hôpital régional de Labé. Notre source ajoute que le jeune tué lundi n’est pas encore identifié. Son corps se trouve toujours à la morgue de cet hôpital. Pendant ce temps, la ville vit sous haute tension. La circulation est coupée et toutes les activités sont à l’arrêt. Les jeunes qui occupaient la rue ont été dispersés par les forces de l’ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes mais aussi des tirs à balles réelles.

Comme on le sait, à seulement quelques mois de la fin de son deuxième et dernier mandat, le président Alpha Condé tient coûte que coûte à changer la Constitution qui lui a permis d’être chef d’Etat en 2010. Ce qui lui permettrait de continuer à rester à la présidence de la République. Opposés à ce projet, plusieurs leaders politiques et de la société civile, réunis au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), appellent les Guinéens à des manifestations illimitées pour contraindre le chef de l’Etat à renoncer à ce projet et à organiser des élections libres et transparentes à la fin de son mandat comme l’exige la Constitution guinéenne. Et, ce mardi est donc la deuxième journée de ces manifestations intitulées « résistance continue » par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin