Les violences se sont poursuivies dans la soirée d’hier, lundi 13 janvier 2020, à Labé, suite au meurtre d’un jeune manifestant enregistré un peu plus tôt dans la journée. Des jeunes en colère sont allés s’attaquer au domicile du gendarme, accusé d’avoir tiré sur la victime. La maison a été vandalisée et pillée, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Après la mort du jeune qui a reçu une balle dans la tête, plusieurs personnes ont accusé l’adjudant-chef Ibrahima Sory Camara, connu sous le nom de Cantona, d’avoir ouvert le feu sur lui. En guise de représailles, des jeunes surexcités, sont allés s’attaquer à son domicile, situé dans le quartier Mosquée. Ils ont vandalisé la maison de 4 chambres et un salon, et emporté plusieurs biens qui s’y trouvaient.

Même la boutique contiguë à cette maison n’a pas été épargnée. Elle a été vidée de son contenu par les manifestants, qui auraient emporté également la moto du vendeur. Ces violences sont venues s’ajouter à celle enregistrées au tribunal de première instance de Labé, incendié par des manifestants.

Mais, selon une autre version, l’adjudant-chef Ibrahima Sory Camara n’est pas l’auteur de la mort dont il est accusé. Certaines personnes laissent entendre que le gendarme ne se trouve même pas à Labé. Il serait à Conakry pour une formation. Une version réfutée par d’autres, qui disent avoir reconnu le gendarme qui a tiré sur le jeune tué.

Ces violences sont intervenues à l’occasion de la première journée des manifestations de « résistance » continues, lancées ce 13 janvier 2020 par le Front National pour la Défense de la Constitution. Une façon pour la structure, d’amener le président Alpha Condé de renoncer à son projet de nouvelle Constitution, qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin