Chérif Mohamed Abdallah, président GOHA

Comme annoncé précédemment, le préfet de Boké, Hassan Sanoussy, a fait une sortie fracassante ce mercredi, 15 janvier 2020. Dans un entretien qu’il a accordé au correspondant local de Guineematin.com, il a menacé notamment de « brûler toute boutique devant laquelle des pneus seront brûlés » à l’occasion des manifestations appelées par le FNDC. Et, cette sortie n’a pas laissé indifférent le président du GOHA, l’organisation qui regroupe les commerçants du pays. Chérif Mohamed Abdallah, le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires, a réagi en mettant en garde le préfet.

« Nous regrettons et condamnons avec la dernière énergie les menaces brandies par le préfet de Boké à l’encontre des commerçants de la préfecture. Nous lui demandons de retirer ses propos et de mettre de l’eau dans son vain. Parce que si jamais il s’hasarde à mettre ses menaces à exécution, il aura à faire à tous les commerçants du pays et ceux de l’extérieur. Qu’ils sachent que les commerçants sont organisés, structurés, ils ont des dirigeants qui sont là pour défendre leurs intérêts. Et, nous n’allons pas croiser les bras pour le laisser s’en prendre à nos collègues. S’il touche à un seul commerçant, il aura à faire à tous les commerçants du pays. Nous lui garantissons cela », a-t-il déclaré.

Le président du GOHA s’est prononcé par ailleurs, sur l’incendie enregistré le mardi, 14 janvier 2020, au marché de Koloma, et dont des agents de la police sont accusés d’être responsables. Il déplore cette situation et prévient que les commerçants vont réagir conséquemment en cas d’attaques qui viseraient leur corporation. « Nous disons aux responsables de la police, à tous les responsables des forces de défense et de sécurité de faire cesser immédiatement ce genre d’actes. Nous prévenons que désormais, si un seul commerçant est touché dans les mouvements en cours à travers le pays, nous allons demander à nos membres de refuser de payer les taxes pendant une année ou deux ans.

Et, cela sera appliqué à la lettre. On paye les taxes pour être protégés. Nous sommes des citoyens guinéens. Si on ne nous protège pas, on ne va rien payer. Il faut que cela soit clair dans tous les esprits et maintenant. On ne tergiverse pas autour de ça. Les menaces et autres intimidations ne nous font ni chaud ni froid. Ça ne nous fera nullement reculer. Nous demandons à tous les commerçants du pays de continuer à respecter les consignes du FNDC et à ne se laisser intimider par qui que ce soit », a lancé Chérif Mohamed Abdallah.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin