Depuis près d’une semaine, le secteur éducatif guinéen est affecté par une grève générale et illimitée déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah. Depuis le 9 janvier dernier, les cours sont perturbés dans bon nombre d’écoles publiques de Conakry et même de l’intérieur du pays. C’est le cas du collège Koloma, dans la commune de Ratoma, où encadreurs, enseignants et élèves ont brillé par leur absence ce mercredi, 15 janvier 2020, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

De nombreuses écoles de Conakry sont affectées par la grève du SLECG, qui dénonce la façon dont l’assainissement du fichier des enseignants a été fait et réclame une augmentation salariale. Ce qui fait que de nombreuses écoles subissent aujourd’hui les conséquences de cette grève qui pourrait même s’enliser.

Au collège de Koloma par exemple, dans la commune de Ratoma, aucun élève n’a été aperçu par notre reporter dans la cour de cette école publique ce mercredi, 15 janvier 2020. Élèves, enseignants et encadreurs ont tous brillé par leur absence dans la matinée.

Un silence de cimetière régnait sur les lieux. Les portes et fenêtres de la direction et des salles de classes sont hermétiquement fermées. Il n’y avait pas l’ombre d’un chat.

Il faut noter que cette nouvelle grève lancée par le SLECG est loin de voir le bout du tunnel, dans la mesure où certains enseignants grévistes croupissent à la maison centrale de Conakry en attendant leur procès prévu demain jeudi, 16 janvier 2020, au tribunal de Mafanco.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin