Tué par balle à l’occasion de la première journée de manifestation de « résistance citoyenne active et permanente » du FNDC, Mamadou Sow, communément appelé « Aladji », a rejoint sa dernière demeure ce vendredi, 17 janvier 2020, au cimetière de Bambéto, dans la commune de Ratoma. La cérémonie funèbre a regroupé les responsables du Front National pour la Défense de la Constitution et de très nombreux citoyens, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des centaines de militants du FNDC ont accompagné au cimetière de Bambéto Mamadou Sow, jeune lycéen de 21 ans, tué par balle le mardi 14 janvier dernier, lors de la manifestation contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. On notait la présence des leaders du FNDC : Abdourahmane Sanoh (coordinateur national), Ibrahima Diallo (chargé des opérations), Sékou Koundouno, Oumar Sylla dit Foniké Menguè, Cellou Dalein Diallo (UFDG), Bah Oury (UDD), Jacques Gbonimy (UPG), Aliou Bah (MoDeL)…

Abdourahmane Sanoh, coordinateur national du FNDC

Face aux médias, Abdourahmane Sanoh a décrit le défunt comme étant un « martyr » dans la lutte pour la défense de la démocratie en Guinée. « C’est avec le cœur meurtri ou les cœurs meurtris que nous sommes là aujourd’hui pour accompagner à sa dernière demeure un de ses fils les plus valeureux de notre pays. Victime d’assassinat de la part des forces de l’ordre qui ont perdu tout le sens de la dignité, de la démocratie, de l’Etat de droit, et qui sont au service d’une clique pour noyer notre jeune démocratie. Celui qui part aujourd’hui n’est pas qu’un militant du FNDC, c’est un des plus valeureux fils de ce pays. C’est un martyr », a-t-il laissé entendre.

Au peuple de Guinée, Abdourahmane Sanoh a rassuré que ces tueries ne resteront pas impunies. « Nous voudrions dire ici au peuple de Guinée, que ces assassinats ne resteront pas impunis, et que notre combat doit continuer pour la dignité, pour que ceux qui sont en train de vouloir nous imposer, par la force, par la violence, par le mensonge et par l’indignité, un système que nous ne voulons pas, comprennent que le peuple est débout et que c’est tout le peuple qui refuse cela. Nous allons continuer le combat pour ne pas trahir la mémoire de ces personnes », insiste-t-il.

Le coordinateur national du FNDC a saisi l’occasion pour présenter les condoléances du FNDC aux familles éplorées et annoncer la poursuite du combat, quelque soit la situation. « Je voudrais présenter nos condoléances encore une fois aux familles éplorées et dire que jamais notre combat ne sera abandonné, même si monsieur Alpha Condé se met à tuer chacun d’entre nous. Le peuple n’acceptera pas le coup d’Etat dont il a ouvert le départ le 19 décembre dernier », a prévenu monsieur Sanoh.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin