Un commerçant, résidant à Kountia magasin dans la préfecture de Coyah, a été la cible d’une attaque à main armée dans la soirée du vendredi, 17 janvier 2020. Les assaillants ont tué le père de famille avant de s’enfuir avec son argent, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Thierno Amadou Bah, la soixantaine, est la victime de cette attaque. Aux environs de 20 heures, alors qu’il rentrait tout juste de la mosquée, des hommes armés lui ont rendu visite à son domicile. Ils l’ont obligé à leur remettre tout l’argent qu’il gardait chez lui, avant d’ouvrir le feu sur lui. Thierno Madjou Bah, fils du défunt, a accepté d’expliquer les circonstances de l’attaque au micro de notre reporter.

Thierno Madjou Bah, fils de feu Thierno Amadou

« Chaque matin, mon père sort pour aller chercher de quoi vivre au marché du km 36. D’habitude, il ne rentrait pas tôt à la maison. Mais hier, il est venu à 18 heures. Arrivé à la maison, il est parti à la mosquée la plus proche de chez nous pour non seulement prier mais surtout demander pardon à l’imam de cette mosquée avec lequel il n’était pas d’accord depuis longtemps. C’est ce désaccord qui a fait d’ailleurs qu’il priait jusque-là dans une autre mosquée, loin de chez nous.

Après avoir demandé pardon à l’imam, il est rentré à la maison. Quand il est rentré, il a demandé à ce qu’on lui amène de l’eau pour qu’il prenne son bain. Il était donc sous la douche en train de prendre son bain, lorsque trois individus armés ont débarqué chez nous, ils sont venus en moto. Deux d’entre eux sont rentrés dans la cour et l’autre est resté avec la moto devant le portail. Les deux qui sont rentrés ont braqué l’arme sur mes sœurs qui étaient assises à la véranda, en menaçant de les tuer si elles ne disent pas où est mon père.

Quand il a entendu le bruit dehors, le vieux est sorti, en culotte, pour s’enquérir de ce qui se passe. C’est là que les assaillants l’ont aperçu. Il a tenté d’aller s’enfermer dans sa chambre, mais les bandits l’ont bloqué. Ils sont entrés avec lui dans sa chambre et lui ont demandé de leur donner son argent. Mon père a répondu qu’il n’a pas d’argent. C’est ainsi que l’un d’eux a tiré sur son pied, ce qui l’a obligé à leur donner tout ce qu’il avait comme argent. Après avoir pris l’argent, l’un des bandits a suggéré qu’ils le tuent avant de partir. C’est ainsi qu’ils l’ont tué et sont partis », a témoigné le jeune, sous le choc.

La famille de la victime n’a pas réussi à identifier les attaquants, qui étaient cagoulés. Elle n’en sait rien également sur le montant qu’ils ont emporté. « Nous demandons à l’État d’ouvrir une enquête pour que ces assaillants soient démasqués et que justice soit faite », a lancé le fils du défunt.

A noter que la victime, Thierno Amadou Bah, laisse derrière lui 3 veuves et 16 enfants.

Malick Diakite pour Guineematin.com

Tel: (00224) 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin