La grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) continue de causer la paralysie de nombreuses écoles de Conakry. C’est le cas du lycée-collège Sonfonia, situé au quartier Foula Madina, où le mot d’ordre de grève est largement suivi. Tel est le constat fait sur place par un reporter de Guineematin.com hier, vendredi 17 janvier 2020.

De nombreuses écoles publiques de la commune de Ratoma sont frappées de plein fouet par la grève du SLECG. On constate un arrêt presque total des cours par manque d’enseignants au lycée-collège Sonfonia, au collège Sonfonia Gare Rails et à l’Ecole primaire de Sonfonia. Dans ces trois écoles, presqu’aucun enseignant n’a fait acte de présence ce vendredi. Pire, les membres de la direction ont fait montre d’une grande hostilité envers notre reporter. Pris au dépourvu par le vide créé par les grévistes, les encadreurs sont restés mués comme une carpe.

Rencontré devant son école, Aboubacar Keïta, élève en classe de Terminale Sciences Sociales au lycée Sonfonia, a regretté l’absence du professeur de Géographie ce vendredi. « Ce matin, nous sommes venus suivre les cours. On avait cours en Géographie, mais le professeur n’est pas venu. Depuis que la grève a commencé, nous nous venons, mais les professeurs ne viennent pas. Les contractuels qui nous enseignent n’ont pas tellement de niveau comme nos professeurs titulaires. Cela nous fait très mal quand ils s’absentent. On les prie vraiment de venir nous enseigner. Surtout cette année, nous faisons le bac. Si les professeurs ne viennent pas nous donner cours, ça ne va pas nous arranger dans le futur », a-t-il lancé.

Pour Jacques Gnékouyamou, élève en classe de 9ème au collège Sonfonia, déplore l’absence du professeur d’Histoire, même si celui de Français a donné cours. « Nous avons fait le cours de Français ce matin. Les autres professeurs ne sont pas venus, comme le professeur d’Histoire. Si les professeurs sont absents, on se met à réviser entre nous pour pouvoir avancer. Par exemple à midi, on doit faire les Mathématique entre nous les élèves, comme le professeur d’histoire ne sont pas venu. On demande aux professeurs de venir à l’école. Même s’il y a grève, on les encourage de venir nous donner cours comme le professeur de français. C’est nous les perdants ».

Selon Gomou, élève en classe de 11ème Sciences Expérimentales, la responsabilité revient au gouvernement de trouver une solution, au lycée Sonfonia. « A l’heure-là, ça n’étudie pas ici dans notre école. Ce que je souhaite, j’aimerais que les professeurs viennent sérieusement nous donner cours. Nous sommes en retard par rapport au programme. Mais tout ça, selon moi, c’est la faute au gouvernement. Parce que les professeurs qui nous enseignent, s’ils demandent d’améliorer leurs conditions de travail, je pense que le gouvernement doit accepter. Mais, il refuse de faire cela. Ce n’est pas la faute aux professeurs. Nous les élèves, on demande qu’ils viennent à l’école pour rattraper les cours ratés. Parmi les professeurs, seul le professeur de biologie vient régulièrement ».

Au collège Sonfonia Gare Rails et à l’Ecole Primaire Sonfonia, le constat est le même. Toutes les salles de classe étaient fermées. Parlant des statistiques aucun responsable de ces différentes écoles n’a souhaité se prêter aux questions de notre reporter.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +244 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin