Djaba Condé, secrétaire fédérale du PADES à Kankan

A l’image de certains grands partis de l’opposition, le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) compte boycotter les élections législatives du 16 février prochain et empêcher leur tenue. A l’occasion de son assemblée hebdomadaire de ce samedi, 18 janvier 2020, le parti a réaffirmé son engagement à s’opposer « par tous les moyens légaux » à la tenue du scrutin. Le combat contre le 3ème mandat n’aura pas été occulté à cette rencontre politique, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Mohamed Diakité, coordinateur du PADES dans la zone spéciale de Conakry

Dans son discours, Mohamed Diakité, coordinateur du PADES dans la zone spéciale de Conakry, a laissé entendre que c’est l’histoire qui est entrain de se répéter en Guinée. « Nous avons à faire à des gens qui nous ont appelé à nous opposer à la modification de la Constitution en 2001. Malgré tout ce qui a été fait dans de ce sens, la Constitution sera modifiée et le président d’alors ira pour une présidence à vie. Nous connaissons tous la suite à la quelle cette situation nous a conduits. Les institutions ont été affaiblies et la corruption a atteint des proportions inimaginables. Finalement, le président va mourir au pouvoir et la junte va prendre le pouvoir. C’est aussi la suite de cette situation qui nous a conduits aux événements désastreux du 28 septembre 2009 », a-t-il rappelé.

Face à la situation actuelle dans le pays, Mohamed Diakité soutient que le projet de changement de la constitution ne passera pas. « On veut modifier la constitution pour maintenir un homme et un clan au pouvoir. Cela ne marchera pas en Guinée. Comme ils savent qu’ils ne peuvent pas faire autrement, ils veulent passer par des élections législatives qu’ils vont manipuler. D’abord regardez le fichier qu’on nous propose, c’est le fichier le plus corrompu qui puisse exister. On veut donc passer par ces élections-là pour faire passer leur projet. Nous n’accepterons pas. Il n’y aura pas d’élections législatives sans le PADES ».

Djaba Condé, secrétaire fédérale du PADES à Kankan

Pour sa part, Djaba Condé, secrétaire fédérale du PADES à Kankan, a invité les militants, notamment les femmes, à redoubler d’engagement dans le combat pour la consolidation de la démocratie. « A Kankan, il n’y a que le PADES. Tous les autres partis sont obligés de donner de l’argent pour mobiliser les gens. Au PADES, les gens viennent librement et adhèrent aux idéaux du parti. Pour continuer à donner cette force et à aller vers une victoire en 2020, il faut qu’on continue à nous mobiliser. Surtout nous les femmes. Aujourd’hui, nous sommes les grandes victimes de ce régime, nous devons donc nous battre pour nous libérer et aider le pays à avancer ».

Le PDES a saisi l’occasion pour appeler ses militants à répondre massivement à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) à manifester les 21 et 22 janvier prochain.

Alsény KABA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin