Comme annoncé précédemment, l’Union des Forces Républicaines (UFR) a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 18 janvier 2020 à son siège à Matam. La séance a été présidée par Bakary Goyo Zoumanigui, vice-président du parti. L’actualité sociopolitique nationale, notamment les prochaines manifestations du FNDC et la crise liée aux prochaines élections législatives ont dominé les débats, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, le président de séance a commencé par dire sa satisfaction quant à la réussite de la dernière manifestation organisée par le FNDC. Il a exhorté le peuple de Guinée, particulièrement les militants et sympathisants de l’UFR, à se mobiliser davantage lors des prochaines manifestations que le FNDC organise pour barrer la route au 3ème mandat. « Aujourd’hui, nous nous préparons pour les manifestations à venir. Vous savez, on dit beaucoup de choses. Je vous invite à vous mobiliser massivement le mardi 21 et le mercredi 22 janvier 2020. C’est vrai que le président du parti, pour des raisons de santé, n’est pas parmi nous aujourd’hui ; mais, il compte sur nous. Donc, nous devons donner la preuve que nous obéissons à ses instructions même s’il n’est pas là. Et, nous prions Dieu qu’il se rétablit promptement. Les mauvaises langues disent beaucoup de choses, il y en a qui disent qu’il est hospitalisé. C’est faux. Simplement que sa dernière sortie, alors qu’il ne devrait pas faire bouger son bras, ça a un peu aggravé la situation de son épaule et son médecin lui a dit de ne pas bouger tant que les ligaments ne sont pas raffermis. Donc, c’est ce qui fait qu’il n’est pas parmi nous. Mais, grâce à vous, le parti sera massivement mobilisé aux manifestations du FNDC le mardi et le mercredi », espère-t-il.

Parlant de la campagne électorale lancée récemment, pour des élections boycottées par l’opposition et qu’elle compte empêcher, Goyo Zoumanigui s’en est pris au président Alpha Condé. « Vous avez constaté que malgré les protestations de la grande majorité des populations guinéennes, le parti au pouvoir continue à faire son travail de sape de la démocratie. Et nous, nous disons que nous n’allons pas accepter cela. C’est pour cela que nous menons ce combat au sein du FNDC. Il faut qu’on se lève, pour renforcer nos dispositions pour mener à bien le combat. La situation sociopolitique aujourd’hui dans notre pays, c’est une situation très grave à tel point que le monde entier, particulièrement nos partenaires sociaux sont préoccupés. Que ce soit les Etats-Unis, que ce soit la France, que ce soit l’Union Européenne, les gens sont préoccupés. Les gens sont préoccupés par la gouvernance guinéenne, ils sont préoccupés par les morts, préoccupés par les violences qui se succèdent. Hier, au sortir de l’enterrement d’une dernière victime par balle, une femme a encore reçu une balle sur la tempe. Mais, cela ne va pas nous décourager parce que nous sommes dans notre droit. La constitution actuelle nous le reconnait, c’est notre droit de résister face à l’oppression », a martelé monsieur Zoumanigui.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin