La « résistance citoyenne active et permanente » du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat pour Alpha Condé a entraîné une paralysie des activités dans certaines villes de la Guinée et une partie de Conakry. Même si des violences n’ont pas été enregistrées sur le tronçon Cosa-Bambéto-Hamdallaye, dans la commune de Ratoma, les activités ont toutefois tourné au ralenti, ce mardi 21 janvier 2020, à travers un de ses reporters.

Certaines parties de la route Le Prince n’ont pas enregistré d’actes de violences ce mardi, contrairement aux manifestations précédentes où il se produit souvent des cas de morts, de blessés par balles, et de citoyens dépouillés de leurs biens aussi bien par des agents que par des manifestants.

Sur le tronçon Cosa-Bambéto-Hamdallaye, boutiques, magasins, stations services n’ont pas fonctionné ce mardi. Aucun automobiliste n’a également osé s’aventurer sur les lieux. Seuls les taxi-motards sont visibles sur ce tronçon.

C’est le calme qui y prévaut actuellement (17 heures 50). A environ chaque cinquante (50) mètres, un pick-up de la gendarmerie ou de la police est positionné pour veiller aux grains et empêcher tout attroupement. De nombreux policiers et gendarmes sont assis en groupe sous les baraques, rongeant leur frein.

Le seul tronçon qui circule est la route Transversale numéro 2, Kipé-Bambéto-Hamdallaye, où automobilistes et motards se côtoient.

De Bambéto, Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin