Les difficultés quotidiennes qui assaillent les populations de la commune de Dixinn préoccupent aussi bien les autorités locales et administratives que les partenaires de la Guinée. C’est pour se pencher sur ces difficultés et préconiser des solutions pérennes que l’ONG COGINTA a organisé une table ronde ce jeudi 23 janvier 2020, dans la salle de conférence de la mairie de Dixinn.

La rencontre a regroupé les membres du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), à savoir les autorités communales, les responsables de la sécurité, les chefs des quartiers et le procureur de la République près le tribunal de Dixinn, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Justine NELOUMNGAYE, coordinatrice du projet

Selon la coordinatrice du projet « Partenaire pour la Sécurité en Guinée : la Réforme de la Police au Service du Citoyen », Justine NELOUMNGAYE, il s’agit de répondre aux attentes de la population en matière de sécurité. « Le projet, financé par le département d’Etat américain, mène plusieurs activités. Nous appuyons la mise en place de la police de proximité. Nous avons plusieurs volets d’activités, l’appui institutionnel que nous apportons au niveau du ministère de la sécurité, à travers la réouverture de l’école de police et la formation policière également dans toutes nos zones d’intervention. Nous formons les policiers conformément au nouvel organigramme. Il y a un autre grand volet, c’est la gouvernance locale de la sécurité. Et qui dit gouvernance locale de la sécurité, c’est la coproduction de la sécurité. On veut faire comprendre à la population que la sécurité n’est pas seulement l’affaire des corps habillés. La police, notamment la gendarmerie, mais également les citoyens, doivent être impliqués dans la sécurisation de leur propre quartier et de leurs biens », a-t-elle fait savoir.

Poursuivant son intervention, la coordinatrice du projet est revenue sur le 3ème volet de cette intervention, qui concerne l’activité du jour. « Le troisième grand volet, c’est ce qui nous réunit ici aujourd’hui, le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. Ce conseil est constitué de plusieurs membres, dont le maire qui est le président de ce conseil ; le commissaire central, qui est le rapporteur ; et la secrétaire générale, qui est la coordinatrice, avec les membres de la société civile et également la juridiction de Dixinn qui est représentée par le substitut du procureur. Ensemble, ceux-ci essayent de revoir les problèmes qui sont notifiés dans le quartier et ces quartiers remontent ces problèmes au niveau du conseil. Ce conseil se réuni pour pourvoir essayer de trouver des solutions afin de répondre aux besoins de la population », a-t-elle expliqué.

Madame Kadiatou Diallo, secrétaire générale de la commune de Dixinn

De son coté, Madame Kadiatou Diallo, secrétaire générale de la commune de Dixinn, est revenue sur les enjeux de ce projet au niveau de sa commune. « Par rapport aux projets qu’on a identifié, on a cherché des porteurs de projet au niveau des membres du CLSPD. On a constaté par exemple au niveau du projet de lutte contre le vol, le responsable de ce projet a réussi à établir un climat de confiance entre la population les jeunes notamment et la sécurité. Pour dire que la sécurité n’est pas un ennemi, c’est plutôt des gens qui peuvent accompagner à résoudre des problèmes. Avant, ce n’était pas comme ça. Par exemple, quand on volait les gens, ils se revendiquaient eux-mêmes. Maintenant, ils sont là, ils appellent au secours pour dire, oui on a appréhendé quelqu’un qui a fait ça. L’établissement de ce climat de confiance déjà, ça c’est un avantage pour la commune. C’est vraiment avec joie que j’ai accueilli cette session. Parmi les 5 sessions, on a fait trois ici. J’ai compris qu’il y a eu vraiment une évolution. C’est salutaire. Pour moi, c’est un projet phare, parce que ça embrasse beaucoup de secteurs. Il y a la sécurité des biens, la nuisance sonore, la gestion des ordures, la consommation et de la vente des drogues. On a demandé aux porteurs de ce projet d’être toujours sur le terrain, accompagner par leurs membres et impliquer toujours les chefs de quartiers pour essayer pour pouvoir atteindre leur objectif ».

Pour finir, la secrétaire générale de la commune de Dixinn a lancé un appel aux autres ONG évoluant dans le même domaine à venir investir dans sa commune. « La main reste toujours tendue. On n’est jamais assez servi. C’est vrai COGINTA nous a vraiment accompagnés. Je profite de l’occasion pour féliciter l’équipe de COGINTA. Ils ont été vraiment à la hauteur et ils nous ont beaucoup outillés. Je demande à tout un chacun de s’impliquer ».

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin