Les accusations de mauvais traitements infligés aux citoyens de la commune de Ratoma par les forces de l’ordre se multiplient. Des hommes en tenue de policiers ont fait une descente musclée au secteur Marché, du quartier Wanindara, dans la nuit du mercredi au jeudi, 23 janvier 2020. Les agents ont investi le domicile de la famille Barry où ils ont passé à tabac une vieille femme de 89 ans et sa fille, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est des agents de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) qui sont accusés d’avoir violenté une vieille femme aux environs de minuit. C’est la victime elle-même, Hadja Kamissa Barry, âgée de 89 ans, et originaire de la sous-préfecture de Ditinn, préfecture de Dalaba, qui a raconté sa mésaventure.

Hadja Kamissa Barry, âgée de 89 ans agressée par des forces de l’ordre à Wanindara

« C’est aux environs de zéro heure que des agents habillés en tenue noire sont venus pour défoncer la porte d’une des chambres de la maison. On n’avait pas de courant dans le quartier. Je dormais déjà, j’ai été réveillée par le bruit assourdissant des casses. Quand je suis allée aux nouvelles, les agents m’ont dit de quitter. Je leur ai dit qu’ils allaient me tuer d’abord avant que je ne quitte. C’est en ce moment qu’un d’entre eux a pris un tronc d’arbre, il a voulu me cogner avec sur la tête. J’ai essayé de l’arrêter et le bois m’a cogné au niveau du bras. Ils n’ont laissé personne. Ma famille et moi-même, nous avons été frappés pour des raisons qu’on ignore jusque-là. Ils nous ont frappé parce que c’est eux qui détiennent la puissance publique, mais nous nous en remettons à Dieu, car lui seul peut nous rendre justice », a dit la vielle dame qui porte un bandage.

Venue porter secours à sa mère, madame Lamarana Barry a aussi été agressée par ces hommes en uniforme. Aujourd’hui, elle a des traces de blessure sur tout le corps.

Mme Lamarana Barry, agressée par des hommes en uniforme à Wanindara

« Des agents sont venus pour défoncer nos portes et frapper ma mère. Quand j’ai été alertée par le bruit, je suis venu m’interposer entre elle et ses agresseurs. Mais, les agents avaient commencé à battre ma mère. Au moment où je tentais de retirer ma mère des griffes de ces agents, j’ai été aussi molestée. Aujourd’hui, j’ai mal au bras, le ventre. Bref, sur tout le corps car les coups venaient de partout. Je n’ai pas pu identifier les agents car on n’avait pas le courant. Mais, nos agresseurs étaient habillés en tenue noire », a-t-elle dit.

A noter que c’est la deuxième fois en un mois que cette famille est victime d’une telle attaque. Le 13 janvier dernier aussi, la même famille avait reçu la visite d’agents de la police.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin