Les appels à manifester du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le projet de nouvelle constitution ont entrainé des violences meurtrières, des blessés et des dégâts matériels importants en Guinée. De Conakry à Labé, en passant par N’zérékoré, Dalaba, Pita et Lélouma, des accrochages ont eu lieu entre le 21 et le 23 janvier 2020. La ville de Télimélé a enregistré la mise à sac du commissariat central de police le mercredi, 22 janvier. Dans une interview accordée à Guineematin.com, Alpha Ibrahima Barry, natif de cette préfecture en manque criard d’infrastructures, a dit toute sa préoccupation.

Les manifestations du FNDC ont entrainé 3 morts par balles à Labé, hier jeudi, 23 janvier 2020, et le saccage de plusieurs infrastructures publiques et de biens privés, notamment à Dalaba et à la Casse de Conakry. La ville de Télimélé n’a pas été épargnée par les destructions. Le saccage du commissariat central de police a causé un sentiment de frustration tant à Télimélé que chez les ressortissants.

C’est le cas chez Alpha Ibrahima Barry, ressortissant de Télimélé vivant à Kindia, qui déplore la situation que connait notre pays. « La situation est devenue très grave dans notre pays, parce que la population est en train de détruire les édifices publics qu’on a acquis des mains de l’Etat. Il y a également les tueries. On ne sait pas qui tue, parce qu’il n’y a pas eu d’enquêtes. On n’a pas de caméras de surveillance pour le savoir. Nous, on accuse les forces de l’ordre, et le gouvernement aussi accuse les opposants. Nous sommes confus. Mais, que Dieu nous donne le temps de mettre main sur les gens qui tuent ».

Alpha Ibrahima Barry condamne l’acte survenu dans sa préfecture. « Je suis venu ici aujourd’hui pour faire un appel pressant à la jeunesse de Télimélé, surtout Télimélé ville. Après 60 ans on n’a pas eu de goudron… J’aimerais que les gens réfléchissent un peu pour garder le sang-froid et respecter les paroles des sages surtout. Tout le monde est énervé, quand tu gâtes sans calculer, qui viendra par la suite construire ce que toi tu as gâté ? D’abord, il y a des choses qu’on a gâtées depuis 2007, au temps de Lansana Conté, qui n’ont pas été rétablis. Pourquoi continuer encore avec la souffrance de Télimélé pour les édifices. C’est grave ce qui s’est passé à Télimélé et dans les autres préfectures. Il faut que les gens réfléchissent. Prendre l’exemple sur le bon côté. Si tu ne veux pas du gouvernement, mais ce qu’il a déjà fait, c’est pour nous tous, il ne faut pas gâter ça en une minute. Donc, je demande aux conseillers communaux de Télimélé de fournir beaucoup d’efforts pour ne pas qu’on gâte Télimélé cette fois-ci, parce que l’heure est très grave.Le goudron a été obtenu difficilement, dix kilomètres de goudron. Mais, on doit le préserver le goudron et les infrastructures. On doit préserver les acquis que le gouvernement nous a donnés et non les gâter », a indiqué monsieur Barry.

En outre, notre interlocuteur condamne ceux qui s’en sont pris au préfet Amadou Sadio Diallo, fils de la localité. « Ils ont brulé le commissariat central. Ils ont barré chez le préfet.Mais où il va aller le préfet ? Télimélé, c’est chez lui. Quand tu le chasses, il va aller où ? Il est de Missidé. Je veux que les gens se ressaisissent. Tu peux t’opposer, manifester contre un Etat, c’est normal si ça ne va pas, mais il ne faut pas gâter les acquis du développement, ce n’est pas normal », a-t-il fait comprendre.

Pour finir, Alpha Ibrahima Barry invite le préfet et le maire de tout faire pour que ça s’arrête, pour que la paix soit préservée à Télimélé.

Depuis Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin