Aboubacar Biro Soumah, président du PPC

Les tueries et violences perpétrées dans la préfecture de Labé suite à la manifestation du FNDC, et l’éventuel couplage des élections législative et le référendum continuent d’alimenter les débats dans la cité. Ces deux sujets ont été parmi les principaux points débattus au siège du Parti pour le Progrès et le Changement (PPC), présidé par Aboubacar Biro Soumah, ce samedi 25 janvier 2020, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son allocution, le président du Parti pour le Progrès et le Changement (PPC), Aboubacar Biro Soumah, a tout d’abord regretté la barbarie perpétrée à Labé à l’occasion des manifestations du FNDC. « Il y a eu l’appel lancé par le Front National pour la Défense de Constitution pour barrer la route aux imposteurs qui veulent confisquer la démocratie dans notre pays. Cet appel a été bien suivi dans les 22 préfectures et les 5 communes de la capitale. Cela veut dire que les 80% des guinéens rejettent cette proposition que le président Alpha veut imposer aux guinéens. Ensuite, vous avez suivi les actes de violence, les tueries, les dégâts, les destructions de biens. Vous avez suivi ce qui s’est passé au Fouta où aujourd’hui Labé est devenu un camp militaire des bérets rouges et les forces spéciales d’Alpha Condé. Ils militarisent Labé, ils tuent les citoyens. Aujourd’hui, si on fait la comptabilité depuis le déclenchement des manifestations du FNDC, nous sommes à peu près à 34 morts » a déploré monsieur Soumah.

Aboubacar Biro Soumah, président du PPC

Malgré la féroce répression, Aboubacar Biro Soumah a dit que le FNDC ne reculera pas. « Face à cette situation, nous avons décidé d’aller jusqu’au bout, quelque soit le prix à payer. Il n’y aura pas de recul. Et le projet de 3ème mandat ne passera pas. Vous avez suivi hier la conférence de presse organisée par le FNDC, nous avons décidé d’aller jusqu’au bout parce que la victoire n’est pas loin de nous. L’engagement, le respect de notre constitution est sacré. C’est la vie ou la mort. Il faut qu’on se lève pour barrer le chemin. Alpha a dit qu’il y a certains pays où il y a eu des morts, des blessés, il y a eu des sacrifices, mais ils sont parvenus à faire passer leur projet. Puisque comparaison n’est pas raison, nous en Guinée, nous disons qu’Alpha Condé ne pourra pas faire son 3ème mandat, ni organisé une élection le 16 Février pour avoir les 80 ou 90 députés. Cela ne passera pas », a-t-il réitéré.

Pour ce qui est du couplage des élections législatives et du référendum, le président du PPC appelle ses militants à se lever avec le FNDC, le mardi et mercredi prochain pour barrer définitivement la route à Alpha Condé. « Nous sommes dans une situation très grave. C’est pourquoi le FNDC, avec l’opposition, nous avons décidé de manifester le mardi 28 et le mercredi 29 janvier 2020, de Conakry à Lola. Il faut que toutes les communes de Conakry se lèvent pour que le président Alpha Condé renonce ce projet satanique. Cela va nous coûter en vies humaines, des blessés parce que nous avons à faire à un pouvoir qui est en guerre avec sa propre population. Donc, il faut qu’on se lève ces deux jours pour barrer définitivement le chemin à Alpha Condé…Il faut qu’on se lève, le pays nous appartient, nous sommes tous des guinéens. Si on va nous tuer, ils n’ont qu’à nous tuer, mais on ne reculera pas. Je m’engage en tant que président du PPC d’aller à l’affront contre ce régime. Si on n’agit pas, et que ce projet là passe, je vous le jure que chacun va chercher à quitter ce pays. Dans ces jours-ci, Alpha va prendre un décret pour coupler les élections. Cela veut dire qu’ils sont déterminés. Mais, son projet ne passera pas », a-t-il martelé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin