Cellou Dalein au FNDC : « nous ne devons pas abandonner ce pays dans les mains de la dictature »

Les exactions commises par les forces de l’ordre à Labé, Pita et Dalaba dans le cadre des manifestations du FNDC ont ému plus d’un et révolté les consciences. C’est pour fustiger cette attitude que Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, est monté au créneau ce samedi 25 janvier 2020. C’était à l’occasion de l’assemblée générale du parti, tenue à son siège. Le chef de file de l’opposition en a profité pour demander à ses militants et au FNDC de maintenir le cap dans le combat contre le 3ème mandat pour Alpha Condé, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son discours, Cellou Dalein Diallo a condamné les exactions que les forces de l’ordre sont en train de commettre en Moyenne Guinée, notamment à Labé. « Aujourd’hui, les militaires, les gendarmes et policiers qui sont à Labé se comportent comme une armée d’occupation. Ils ont incendié les boutiques et les magasins, frappé les femmes et les enfants, procédé à l’arrestation de mineurs de 10 ans, 12 ans. Il semble qu’ils veulent les déférer à Conakry. Même une armée d’occupation ne peut pas se comporter comme ça. C’est sur instruction de qui ? Ils agissent sur les instructions de monsieur Alpha Condé, qui garantit l’impunité à tous ceux qui violent les droits de ceux qu’il considère comme son opposition. Malheureusement, il considère toute une communauté comme son opposition. Sinon, comment peut-on expliquer que dans une ville comme Pita, qu’on envoi une expédition punitive dans la maison du Khalife général du Fouta : casser ses voitures, gazer sa famille ; et qu’on répète deux (2) semaines après la même chose à Labé. Le pauvre Thierno Badrou, qui se débat pour qu’il y ait la paix, pour qu’il y ait l’entente au nom de leur religion, c’est son rôle, on vient, on le gaz chez lui, dans sa concession. Un homme que tout le monde respecte, parce que c’est l’imam, parce que c’est l’inspecteur régional de la ligue islamique, parce que c’est un homme de culture, parce que c’est un homme de religion. Les soldats d’Alpha Condé viennent l’agresser, pulvériser sa concession de gaz lacrymogène. Ils veulent humilier toute une communauté qui a la considération pour ses sages ».

Devant cet état de fait, Cellou Dalein Diallo s’interroge encore une fois sur les origines d’Alpha Condé. « Alpha Condé n’a plus aucun égard pour nos traditions. Lorsqu’il se pose la question de savoir si c’est vraiment un guinéen, je commence à penser à cette question. Parce que sur le plan juridique, il est né en Guinée, même si ses parents sont d’origine Burkinabé. On ne le lui a jamais reproché. Les guinéens lui ont toujours fait preuve de générosité. La Haute Guinée l’a adopté, on lui a même trouvé un village, c’est Baro. Mais, aucun de ses adversaires ne lui a opposé cela en disant qu’il n’est pas d’ici parce que nous voulons être républicains, respectueux de la loi. Mais, lorsqu’on constate qu’il n’a aucun égard pour ce peuple, pour ces symboles, on ne peut pas ne pas se poser la question », a-t-il indiqué.

Pour finir, le chef de file de l’opposition a félicité l’ensemble du peuple de Guinée, notamment l’UFDG, pour la mobilisation lors des dernières manifestations du FNDC. Il a mis l’occasion à profit pour demander à ses partisans de rester mobilisés pour les manifestations des 28 et 29 janvier prochain. « Dans ce pays, ceux qui respectent leurs engagements sont moins nombreux. Vous, vous avez honoré votre engagement en répondant massivement au dernier appel à manifester du FNDC. Cette fois-ci encore, je vais vous demander à faire mieux le mardi et mercredi prochain. Parce que nous ne pouvons pas ni reculer ni abandonner. Le combat est noble, il est exaltant. Il est certes difficile en raison de la répression sauvage qui nous est infligée lorsque nous exerçons ce droit constitutionnel de manifester dans les rues et sur les places publiques. Mais, nous ne devons pas abandonner ce pays dans les mains de la dictature. Beaucoup sont morts, beaucoup ont vu leurs maisons détruites, beaucoup ont vu leurs droits violés, nous n’avons pas le droit de les abandonner. Nous n’avons pas le droit d’abandonner les efforts et les sacrifices consentis. Nous avons l’obligation morale à l’égard de nombreuses victimes, à l’égard de ceux qui ont perdu des biens, à l’égard de ceux qui ont perdu leur intégrité physique, nous avons le devoir de continuer ce combat jusqu’à la victoire finale. Et croyez-moi, la victoire, elle est à notre portée désormais », lance-t-il.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS