Le bureau du procureur de la République près le Tribunal de Première de Mamou a été incendié dans la nuit du samedi au dimanche, 26 janvier 2020. Le feu aurait été allumé par des inconnus aux environs de 3heures du matin et a consumé tout le bureau d’Elhadj Sidiki Camara, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le sinistre s’est produit la nuit dernière au quartier Almamya, dans la commune urbaine. Ibrahima Sow, substitut du Procureur, accuse les prisonniers libérés par les manifestants à Dalaba et à Pita lors des manifestations Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de la semaine passé.

Ibrahima Sow, substitut du procureur du tribunal de première instance de Mamou

« Dans la nuit du 25 au 26 janvier 2020, le tribunal de la première instance de Mamou a été attaquée par trois individus qui seraient embarqués sur une moto, munis d’un bidon d’essence, qui sont venus asperger le bureau du Procureur et du président du Tribunal. Alors, comme c’est la nuit, il y avait un gardien qui les a pourchassés. Malheureusement, il n’a pas pu mettre la main sur eux. Mais, il a réussi au moins à sauver le bureau du Président. Nous pensons que c’est les prévenus et condamnés qui ont fui la prison de Dalaba et Pita qui peuvent perpétrer de telles actions. Nous pensons ici à Mamou que la population est paisible et tranquille. En partant, ils ont promu de revenir encore au tribunal. Nous allons pendre des dispositions pour sécuriser davantage la prison et le Tribunal. Le bureau du Procureur est complètement calciné, rien n’est sorti. Heureusement que le bureau du président est sauvé à cause de la bravoure des gardiens et leurs familles », a-t-il expliqué.

Poursuivant, monsieur Sow promet une sanction exemplaire pour ceux qui seront appréhendés pour cet incendie. « Quiconque sera appréhendé ici, sera l’exemple. Il sera jugé et condamné à la hauteur de forfaiture. Puisque manifester n’est pas synonyme de casse et de pillage ».

Tierno Abdoul Diallo

Quant à Thierno Abdoul Diallo, témoin oculaire de la scène, il dit avoir reçu des menaces et injures de la part des individus. « Après avoir mis l’essence dans le bureau du Procureur et du président, le gardien s’est réveillé. Il a pris des cailloux en lançant sur eux. Il m’a réveillé ma famille et moi pour éteindre le feu. A leur retour, ils nous ont trouvé ici en nous menaçant avec des injures. Ils ont insulté nos mamans avant de quitter les lieux ».

Pendant la matinée, les documents ont été transférés dans les autres bureaux.

Nous y reviendrons !

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel:625698919/657343939

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin