Le ministre de l’Energie, en compagnie de plusieurs cadres de son département et de la cellule de coordination du projet Amaria, s’est rendu ce lundi, 27 janvier 2020, sur le chantier du barrage hydroélectrique d’Amaria. Dr Cheick Taliby Sylla est allé sur le terrain pour constater l’état d’avancement des travaux, rapporte le l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Financés à hauteur de 1 milliards 800 mille dollars américains (à travers un contrat de BOT entre la société TBEA et le gouvernement guinéen) pour un délai contractuel de 36 mois, les travaux de construction de ce barrage ont été lancés officiellement le 19 janvier 2019, par le président de la République, Alpha Condé. Aujourd’hui, ces travaux sont à moins de 5% de réalisation, selon Michel Gao, le directeur général de la société TBEA en Guinée.

Michel Gao, directeur général de la société TBEA en Guinée

« Les études préliminaires ont commencé en avril 2017, mais les travaux qui sont visibles ont commencé en janvier 2019. Jusque-là, on n’a pu faire les études de faisabilité, c’est-à-dire où on va mettre le barrage, où on va décaper. Aujourd’hui, les études d’impact environnemental ont été réalisées. Pour les travaux visuels, le stockage des explosifs a été fait, parce que pour tout décaper on a besoin d’explosifs… Bref, nous sommes à moins de 5% de réalisation aujourd’hui. Mais, nous promettons de respecter le délai contractuel, c’est-à-dire les 36 mois. Donc le barrage pourra être mis en service en 2024 », a-t-il rassuré.

De son côté, Dr Cheick Taliby Sylla s’est réjoui du démarrage des travaux de cet autre barrage hydroélectrique en Guinée. Selon lui, après la réalisation de celui-ci, la Guinée sera définitivement indépendante sur le plan énergétique.

Dr Cheick Taliby Sylla, ministre de l’Energie

« Aujourd’hui, ce que nous voyons nous réconforte davantage que la mission que le président de la République nous a confiée, est en train d’être exécutée avec la plus grande assurance, avec le chronogramme qui a été élaboré et accepté par tous. Amaria sera un véritable symbole dans la construction des ouvrages hydroélectriques en République de Guinée. Si Souapiti a été fait en partenariat public-privé, Amaria sera le premier ouvrage qui sera exécuté en BOT. Quand les travaux seront terminés, le temps d’exploitation, l’investisseur va rétrocéder cet ouvrage à la Guinée, au patrimoine national pendant la période du contrat qui a été établi. Alors, l’investisseur est TBEA, une grande entreprise chinoise privée avec laquelle il y a une convention de partenariat élargie. C’est là où se déclenchera la synergie mines et énergie. L’énergie partira d’ici pour Taygbé, là où se trouve le site de transformation. Donc ça se fera comme le président aime à le dire : exploiter, transformer et commercialiser la chaîne des valeurs qui va renforcer davantage les mines. TBEA est engagée jusqu’à la production des mines en aluminium et jusqu’aux produits finis utilisables dans le marché mondial : des avions, des lignes électriques et autres », a dit le ministre.

Pour tous les efforts fournis dans le secteur énergétique, le ministre de l’Energie estime que le président Alpha Condé doit être soutenu et accompagné par le peuple de Guinée. « En 9 ans, trois ouvrages hydroélectriques ; en 9 ans, toutes les préfectures de la Guinée sont dotées d’un système de distribution d’électricité moderne avec un réseau tout neuf et des groupes électrogènes installés. Donc, quand il (Alpha Condé) a dit que dans 5 ans il va électrifier toute la Guinée, des gens malveillants ont pensé que c’est de la chimère, mais aujourd’hui c’est chose faite. Avec les interconnexions qui vont venir, le transport de l’énergie de l’est vers l’ouest, l’interconnexion avec les Etats de la sous-région : Sénégal, Guinée Bissau, Gambie, Mali, Côte d’Ivoire en passant par le Libéria, la Sierra-Leone, je crois que c’est un succès. Et ce succès doit être magnifié et montré au peuple de Guinée que le Professeur Alpha Condé est un président bâtisseur. Moi, je l’appellerai Alpha le Grand », a dit Dr Cheick Taliby Sylla.

Tout comme Kaléta et Souapiti, le barrage hydroélectrique d’Amaria sera construit sur le fleuve Konkouré dans la préfecture de Dubréka. Il aura une capacité de 300 mégawatts.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin