La grève générale et illimitée, lancée depuis le 09 janvier dernier par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) sur toute l’étendue du territoire national, continue de paralyser l’école guinéenne. Dans la matinée de ce lundi, 27 janvier 2020, les élèves de certaines écoles publiques de N’zérékoré ont pris d’assaut les rues de la ville pour réclamer le retour de leurs enseignants dans les salles de classe, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Face à l’absence de leurs professeurs, en grève depuis quelques jours, des élèves de la capitale de la Guinée Forestière n’ont eu d’autres choix que de se déporter dans la rue.

C’est par le gouvernorat que les élèves de la ville se sont mobilisés. Puis, les protestataires ont pris la route qui mène au lycée Félix Roland Moumié. Ensuite, ils ont rallié la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) pour demander le retour des enseignants dans les classes.

Devant eux, il y avait un dispositif sécuritaire de la gendarmerie était déjà mis sur place pour parer à toute éventualité. Ils ont été dispersés par les services de sécurité.

Mais dans certains quartiers comme Mohomou, Nienh, Burkina et autres, les services de sécurité ont dispersé le regroupement des élèves.

Il faut noter qu’une patrouille mixte, composée de policiers et de gendarmes, sillonne les rues de la ville.

Cette protestation des élèves intervient au moment où le SLECG reprend le dialogue, dans l’après-midi de ce lundi, avec la partie gouvernementale, au ministère de la fonction publique. Les débats devraient porter sur les huit millions de francs guinéens de salaire mensuel réclamés par le SLECG pour chaque enseignant.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin