Certains quartiers situés le long de la route Le Prince, dans la commune de Ratoma et dans la préfecture de Dubréka, sont régulièrement affectés par les mouvements de protestation appelés par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. C’est le cas des quartiers Manguéboungni et la T8, où des accrochages se sont produits ce mardi, 28 janvier 2020, entre les forces de l’ordre et les infatigables jeunes manifestants, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’accrochage a duré une bonne dizaine de minutes entre les deux camps, marqué par des échanges de pierres et de gaz lacrymogène. Les gendarmes et policiers ont fini par prendre le dessus, obligeant les manifestants à battre en retraite dans le quartier. Mais, jusqu’à quand ?

Dans la matinée de ce mardi, les marchés locaux sont fermés et la circulation complètement paralysée. Dans ces quartiers chauds, qui relèvent des communes de de Ratoma et de Dubréka, toutes les activités économiques sont aux arrêts. Des pick-up de la police et de la gendarmerie font des patrouilles pour parer à toute éventualité. De nombreux agents sont postés dans tous les carrefours pour empêcher tout attroupement.

Les accrochages de ce mardi, 28 janvier 2020, sont la conséquence de l’acte 3 de la « résistance citoyenne active » du FNDC, décidé d’empêcher le 3ème mandat pour Alpha Condé. Les manifestations ont déjà fait des dizaines de morts depuis le 14 octobre 2019, sans compter les cas de blessés, les nombreuses arrestations, le pillage d’édifices publics…

A suivre !

Mohamed DORÉ pour Guineematin.com

Tel: 00224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin