Au cours de sa 34ème assemblée ordinaire tenue du 22 au 26 janvier 2020, à la Cathédrale de N’Zérékoré, l’Union du Clergé Guinéen (UCG) s’est penchée entre autres sur la situation sociopolitique du pays. Une situation marquée par une crise politique née de la volonté du président Alpha Condé de changer la Constitution actuelle pour s’offrir la possibilité de briguer un troisième mandat, et une crise sociale liée à la grève des enseignants appelée par le SLECG.

A l’issue des travaux, les 90 prêtres membres de cette organisation ont donné leur position sur cette situation. Ces leaders religieux catholiques ont fustigé « les exactions injustifiées et abus de tous genres, les pertes en vies humaines et matérielles » enregistrées à l’occasion des manifestations politiques, le non-respect des lois ou encore « une politique exclusive et égoïste, régionaliste et ethnocentriste », qui a brisé le tissu social.

Ils ont fait des recommandations à l’endroit des différents acteurs de la vie nationale pour une sortie de crise heureuse. L’Union du Clergé Guinéen demande notamment le respect de la Constitution en vigueur et exhorte le président de la République à « briser le silence pour ramener la quiétude, l’harmonie et la réconciliation dans le pays ».

Guineematin.com vous propose ci-dessous l’intégralité du message des prêtres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin