Dans la journée d’hier, mercredi 29 janvier 2020, deux autres citoyens ont été tués par balles réelles à Cosa. Les familles de Mamadou ISSA Bah et de Mamadou Saïdou BAH sont ce matin en deuil ! Et, ce sont les agents des forces de défense et de sécurité de la Guinée qui sont encore une fois accusées.

Outre ces assassinats, nos agents ont également maltraité et placé comme bouclier une femme à Wanindra, toujours dans la commune de Ratoma. Et, les policiers sont visibles et bien identifiables s’il y avait la moindre volonté de nos autorités. Mais, au lieu d’une sanction, ce sont des excuses que le ministère présente sans même préciser si ce sont les tueries ou bien les exactions qui ont suscité cette réaction…

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose le communiqué du ministère de la Sécurité :

Damantang Albert Camara, ministre guinéen de la Sécurité

Conakry, le 30 janvier 2020 – En référence à la note circulaire adressée par la Direction Générale de la Police Nationale à tout le personnel de la Police Nationale le 15 janvier 2020 et au regard des témoignages et d’éléments d’informations concordants, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile met une nouvelle fois en garde ceux de ses agents qui se livreraient à des exactions contre des civils. Il est totalement inacceptable que des innocents aient à souffrir des opérations de maintien d’ordre de la part des dépositaires de la force publique. Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile présente ses excuses à toute personne ayant eu à subir une de ces outrances et invite les victimes à saisir la Direction Générale de la Police Nationale avec tous les éléments permettant de confondre les agents malveillants.

Quelle que soit le contexte et la difficulté, le rétablissement de l’ordre public doit se faire de manière proportionnelle et avec discernement. Tout agent contrevenant à cette déontologie sera recherché et sanctionné. D’ores et déjà, la Direction générale de la Police Nationale a convoqué, ce matin du 30 janvier 2020, tous les commandants d’unités pour une réunion de mise au point. Des investigations sont immédiatement lancées, notamment pour les cas récemment enregistrés, afin d’en retrouver les auteurs.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin