Alors que de plus en plus de voix s’élèvent notamment dans les rangs des religieux pour appeler à la cessation des manifestations organisées par le FNDC, Dr Ousmane Kaba précise que ce ne sont pas ces mouvements de protestation qui posent problème en Guinée. Le président du PADES souligne que c’est la volonté du président Alpha Condé de changer la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat qui menace la paix et la quiétude dans le pays. Il l’a dit à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti de ce samedi, 1er février 2020, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

« Aujourd’hui, le président de la République, le Professeur Alpha Condé, a décidé de déstabiliser la Guinée. Comment ? En confisquant le pouvoir, en disant qu’il lui faut un troisième mandat qui est illégal et hors la loi. Nous avons une Constitution que lui-même a juré, en 2010 et en 2015, de respecter. A la dernière année (de son second mandat, ndlr), il se lève brusquement pour dire non, moi je ne veux plus partir, je reste où je suis, je suis président à vie. Que vous le vouliez ou pas, je resterai président, je ferai un troisième mandat, je resterai le président à vie de la Guinée.

C’est ça qui a déstabilisé la Guinée, ce n’est pas le FNDC. Le FNDC, c’est la réaction de résistance des patriotes guinéens qui se donnent la main pour sauver la Guinée. Le problème, c’est le Professeur Alpha Condé ; la solution, c’est le FNDC. Il ne faut pas se tromper, les gens croient que ce sont les manifestations qui posent un problème. Mais, c’est la confiscation du pouvoir, la confiscation de la liberté des Guinéens qui est le problème premier de ce pays », a déclaré l’opposant.

Poursuivant, il a demandé à tous ceux qui font régulièrement des appels à la paix, à dire aussi la vérité. « J’écoute souvent les prêches des religieux. Tout le monde dit il faut la paix, c’est une très bonne chose. Mais, est-ce qu’on peut avoir la paix sans la vérité ? Est-ce qu’on peut avoir la paix dans l’injustice ? Est-ce qu’on peut avoir la paix par la force brutale ? Ce n’est pas possible. Donc quand on veut la paix, il faut commencer par dire la vérité. Quand on ne dit pas la vérité, on ne peut pas avoir la paix.

La vérité, c’est que les Guinéens étaient d’accord de lui (Alpha Condé, ndlr) donner deux mandats de 5 ans chacun. La vérité, c’est que, après le second mandat tu dois partir. Mais, si tu dis je reste pour un troisième, un quatrième, un cinquième mandat, jusqu’à la fin de ma vie, on ne doit pas se demander pourquoi le pays est déstabilisé (…) Donc, on ne peut pas accepter qu’une bande de personnes se partage les recettes minières de ce pays et décide de rester éternellement au pouvoir. On confisque le pouvoir politique et on confisque la liberté des Guinéens », a dit Dr Ousmane Kaba.

Evoquant la question des législatives prévues pour se tenir le 16 février 2020, le président du Parti des Démocrates pour l’Espoir a réitéré la décision des partis d’opposition membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), d’empêcher la tenue de ces élections. « Aujourd’hui, on dit qu’on va faire des élections législatives, mais des élections sans tous les partis politiques membres du FNDC. Comment est-ce que cela est possible ?

Ça veut dire, je vais faire des élections législatives pour que les Guinéens puissent élire des députés mais sans les Guinéens. Qui va les élire ? Ils vont représenter qui ? Puisque les Guinéens ne vont pas voter. Mais, il faut garder espoir. La Guinée a arraché son indépendance en 1958, ce n’est pas en 2020 qu’elle va être recolonisée par une poignée de guinéens. Ça ne marchera pas, nous ne l’accepterons pas », a laissé entendre l’ancien ministre, devenu opposant du président Alpha Condé.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin