Abdourahmane Bella Bah de la Plateforme Esprit Citoyen

Un peu plus d’une semaine après son interpellation, l’activiste de la société civile et membre du FNDC, Bella Bah, a comparu ce lundi, 03 février 2020, devant le tribunal correctionnel de Kaloum. Après avoir entendu le prévenu, la juridiction a renvoyé l’audience au mercredi, 05 février prochain, pour la suite et la fin du dossier, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Interpellé le 25 janvier 2020 dans la commune de Kaloum, Bella Bah est poursuivi pour « troubles à l’ordre public et incitation à la révolte ». Cela, pour avoir dénoncé les meurtres et autres exactions perpétrés par des agents des forces de l’ordre, à l’occasion des manifestations politiques à Conakry. A la barre, l’activiste opposé à un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé, a rejeté les accusations portées contre lui. Avec l’appui de ses avocats, le prévenu rappelle qu’il n’est pas le premier ni le dernier à avoir dénoncé ces actes.

« Ce que notre client a dénoncé a été dénoncé par d’autres avant lui, et continue d’être dénoncé par d’autres. Ce qu’il dénonce, c’est ce que les ONG dénoncent, c’est ce qu’Amnesty International dénonce. Donc nous sommes confiants que le mercredi, notre client sera libre. Tout cela s’inscrit dans cette lutte qui continue de nous occuper depuis pratiquement un an », a soutenu maître Thierno Souleymane Barry, membre du collectif d’avocats du FNDC, qui défend Bella Bah.

Pour Me Hamidou Barry, également membre de ce collectif d’avocats, ce procès s’inscrit dans le cadre de la logique d’intimidation de tous ceux qui sont opposés au projet de nouvelle Constitution, qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Mais, au regard du dossier et de l’attitude du juge en charge de l’affaire, il reste optimiste. « Quand les juges posent de bons actes, il faut le reconnaitre. Le juge, qui devrait siéger le mercredi, a accepté de siéger aujourd’hui, ça il faut le saluer.

Mais, nous aurions souhaité que l’affaire soit plaidée aujourd’hui mais elle a été renvoyée au 05 février pour la suite des débats sinon pour les réquisitions et plaidoiries. Après demain, nous allons connaître le sort de notre client. Nous avons beaucoup d’espoir, avec le comportement du juge, que notre client sera purement et simplement relaxé. Nous avons confiance en la justice. Le premier cas dans l’affaire, le monsieur a été purement et simplement relaxé et nous espérons que le droit sera dit aussi le mercredi », a dit l’avocat et activiste des droits de l’Homme.

A noter que Bella Bah a révélé devant le tribunal des cas de torture dont il a été victime à la direction centrale de la police judiciaire. « On m’a attaché pieds et mains liés avec une cagoule à la tête de 11 heures à 22 heures », a-t-il souligné.

Alsény KABA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin