Une importante délégation ministérielle est en visite au Fouta Djallon depuis quelques jours. Après les préfectures de Mamou, Dalaba, Pita et Labé, la délégation s’est rendue à Lélouma, dans la soirée d’hier mercredi, 5 février 2020. Le Ministre de l’Administration du Territoire, le Général Boureima Condé a imputé la responsabilité des violences survenues dans cette préfecture au député uninominal, l’honorable Ibrahima Diallo, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Cette visite de certains membres du gouvernement intervient au lendemain des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. De nombreux dégâts matériels ont été enregistrés à Lélouma mais aussi à Pita, Labé et Dalaba.

Général Boureima Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation

Dans son intervention, Boureima Condé a déploré ce qui s’est passé lors de ces violences. « Ce qui est arrivé à Lélouma, quoique regrettable, n’est nullement la volonté de l’Etat guinéen, n’est nullement la volonté du président de la République, n’est nullement la volonté du Premier ministre, chef du gouvernement. Donc, ici à Lélouma à la faveur de ces douloureux évènements, des infrastructures ont été cassées, pillées, et des agents de l’Etat, représentants le chef de l’Etat, ont été menacés et expulsés de force. Pour tous ces cas également, monsieur le président de la République nous charge d’exprimer sa compassion parce qu’aujourd’hui en Guinée, si un poussin est pris par un épervier, c’est pris dans les mains d’Alpha Condé, où que cela soit en Guinée. »

Parlant des violences survenues à Lélouma, le ministre de l’Administration du Territoire a salué ce que le maire a fait pour préserver la vie du préfet et de ses collaborateurs. « Dans un Etat, la cohabitation est possible dans la paix. Et je suis heureux de noter un cas à Lélouma. Monsieur le maire de la commune urbaine de Lélouma est de l’UFDG. Mais, il est l’une des personnes les plus responsables à Lélouma. C’est grâce à lui que les administrateurs territoriaux, leurs vies ont été sauvées. Ce maire-là mérite nos félicitations et nous allons le faire à partir de Conakry. »

Cependant, Boureima Condé accuse le député uninominal, Ibrahima Diallo, et un citoyen de la localité du nom de Saïkou Oumar, d’être les instigateurs des scènes de violence. « Malheureusement, au même moment, il y a des fils de Lélouma qui se sont levés pour détruire Lélouma. Un peu partout nous avons dit ce qui a été fait dans certaines préfectures de la Guinée, les coupables seront recherchés et ils répondront devant la loi. Si c’est des agents de l’Etat qui sont venus qui ont fait des abus, les enquêtes sont ouvertes, ils répondront devant la loi. Si c’est des loubards qui se sont levés contre l’Etat guinéen, les enquêtes sont ouvertes, ils répondront. Mais à Lélouma, Dieu merci, ces enquêtes-là sont beaucoup facilitées. Parce que vos fils, principalement deux d’entre eux, et celui duquel on pouvait s’attendre le moins, le député uninominal Ibrahima Diallo, qui est venu trouver le préfet, il dit sort de ton bureau. Il a fallu le courage du préfet qui a dit tuez-moi, mais je ne peux pas partir. Non seulement le député a menacé les administrateurs territoriaux, mais il y a maitre Saïkou Oumar, un chauffeur qui a aussi été identifié comme étant l’un des meneurs principaux de ce que nous avons connu ici ».

Elhadj Ibrahima Diallo, secrétaire préfectoral de la ligue islamique

Pour sa part, Elhadj Ibrahima Diallo, secrétaire préfectoral de la ligue islamique, a dit le regret des populations de Lélouma suite à ces évènements. « Lélouma est connu pour sa générosité à l’endroit des étrangers, à l’endroit de tout le monde. Ce qui a été détruit n’a pas été le souhait des sages de Lélouma, ni le souhait des autorités, de l’Etat. Nous peulhs, nous disons que l’être humain, ton apport et tes ennuis viennent de ta bouche, de tes lèvres. Aujourd’hui, ces autorités sont là pour faciliter le retour de notre préfet. Nous en sommes heureux et inquiets. Nous sommes contents pour son retour, mais où va-t-il être logé ? Sa résidence a été cassée, pillée. Ça nous attriste, ça nous consterne. Nous vous prions, vous ministres de résoudre ce problème pour nous », a demandé le sage.

De retour de Lélouma, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin