Des plaintes contre les forces de l’ordre se font de plus en plus entendre à Conakry. Mamoudou Bah, élève en classe de Terminale sciences mathématiques au groupe scolaire Timbo International de Cosa, accuse des agents de la N°6 de l’avoir interpellé et violenté sans raison. Au micro d’un reporter de Guineematin.com, l’élève a dénoncé une situation insensée et interpellé les autorités du pays sur les agissements de certains agents de sécurité.

Selon le jeune homme, l’acte s’est passé dans la soirée du lundi passé, 03 février 2020. Il explique qu’il rentrait de la révision, lorsqu’il a rencontré les agents de la Brigade Anti Criminalité N°6. Ces derniers l’auraient maltraité et blessé aux pieds sans raison. « C’est le lundi dernier, aux environs de 22 heures, alors que je revenais de l’école où je suivais des cours de révision, un pick-up de la BAC 6 est venu se garer devant moi. J’ai vu les gens fuir, mais je n’avais rien compris. Les agents sont descendus de leur pick-up et un d’entre eux est venu me terrasser, je suis tombé.

Un autre est venu en courant, il m’a donné un violent coup, je suis tombé dans le caniveau. Après ils m’ont pris, m’ont menotté et embarqué dans leur pick-up. Pendant qu’ils m’interrogeaient sur mon identité, une dame qui observait la scène est venue plaider ma cause pour qu’ils me libèrent. Mais avant de me libérer, ils ont fouillé mes poches et mon sac pour voir si j’ai de l’argent ou d’autres biens, mais ils n’ont trouvé que mes cahiers et ma carte d’identité. Finalement, ils ont jeté la carte et le sac, je les ai ramassés pour rentrer », a-t-il relaté.

Ce candidat au Baccalauréat dénonce vigoureusement cette « injustice » dont il a été victime. Mais, il annonce qu’il ne portera pas plainte parce qu’il est convaincu qu’il n’obtiendra jamais justice. « Comme nous sommes dans un pays où la justice ne joue pas pleinement son rôle, je ne vais pas porter plainte. Parce que même en le faisant, je n’obtiendrai pas justice, donc je n’ai pas le choix. Je demande tout de même aux autorités de prendre leurs responsabilités. Parce que les agents qui sortent la nuit pour faire des patrouilles dans la ville, ce ne sont pas des services de sécurité, ce sont des voyous », a laissé entendre Mamoudou Bah.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin