Une fois n’est pas coutume, le changement constitutionnel ambitionné par les autorités guinéennes était au centre des débats lors de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFR de ce samedi, 08 février 2020. L’honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif du parti de Sidya Touré, en a profité pour livrer les résultats d’un audit du projet de nouvelle Constitution que le président Alpha Condé veut soumettre à un référendum le 1er mars 2020. Un audit mené, selon lui, par des experts et qui révèle un recul démocratique, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Le député de l’Union des Forces Républicaines indique la première conclusion de cet audit est que le président Alpha Condé veut changer l’actuelle Constitution uniquement pour se donner la possibilité de briguer un troisième mandat et « mourir au pouvoir ». C’est pour cette raison, dit-il, qu’il a décidé de porter à 6 au lieu de 5 le nombre d’années pour un mandat présidentiel.

Honorable Saikou Yaya Barry, secrétaire administratif de l’UFR

« Deuxième chose qu’Alpha Condé a prévue dans cette Constitution, c’est que les crimes économiques qui ont eu lieu pendant ses 10 ans de gestion ne sont pas punis, toutes les personnes qui ont commis ces crimes ne peuvent pas être arrêtées. Au-delà de sa personne, il garantit l’impunité à tous ceux qui détournent l’argent du contribuable guinéen, qui pillent le pays. Il leur permet de dormir tranquillement avec les biens du peuple. Troisième élément important, on n’a plus le droit de manifester dans notre pays contre un pouvoir qui nous opprime. Dans sa nouvelle Constitution, le droit de manifester, de se lever contre un système qui nous opprime est banni. Il y a beaucoup d’autres choses, dans cette Constitution, qui violent les traités et conventions qu’on a signés au niveau international. Il (Alpha Condé, ndlr) veut ramener une dictature forte dans notre pays », a-t-il dit.

Face à cette situation, Saïkou Yaya Barry appelle les Guinéens à « chasser la peur », s’unir comme un seul et résister jusqu’à empêcher le passage de ce projet de nouvelle Constitution. « Si nous laissons passer cette Constitution, c’est que désormais, Alpha Condé décidera du sort de chacun de nous et personne n’osera parler. Je vais dire que même si ceux qui se battent en faveur d’un changement de Constitution ne méritent pas ça (…)

Si on ne fait pas attention, Alpha Condé va finir par nous vendre nous-mêmes. Il est en train de chercher des acheteurs, si nous le laissons faire, c’est ce qui risque de nous arriver.

Aujourd’hui, il faut chasser la peur. Et je demande à tous les responsables de l’UFR, de se mettre en relation avec la base pour faire un travail sérieux, afin de faire en sorte qu’Alpha Condé parte. Il faut le faire partir. Moi, je dis aujourd’hui qu’il n’a plus le droit de présider les destinées de notre pays, parce qu’il a violé la Constitution sur laquelle il a juré par deux fois. Il n’y a pas de raisons que les Guinéens acceptent que cette personne continue à dire qu’il faut respecter l’autorité de la loi », a dit le secrétaire exécutif de l’UFR.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin