C’est un dernier ultimatum qui a été adressé au commissaire central de la police de N’zérékoré, au préfet et au gouverneur de région par l’antenne locale du Front national pour la défense de la constitution (FNDC). Après avoir été gazés par les services de sécurité lors de la réception de monsieur Fassou Gomou, ancien allié du parti au pouvoir, suivie des menaces proférées par les autorités locales à leur encontre, les responsables de l’antenne régionale du FNDC, a adressé un dernier ultimatum aux autorités de N’zérékoré.

Selon Cécé Théa, vice-coordinateur de l’antenne locale du Front national pour la défense de la Constitution, les gens se plaignent toujours du commissaire central, du préfet et du gouverneur. « Mais, je veux vous dire que c’est ici que nous sommes nés… Personne ne peut nous intimider ici. Ils disent souvent que notre papa, Cécé Loua, le coordinateur de l’UFR, Job Lucas Kpoghomou, coordinateur du FNDC et moi qui vous parle, on va fuir Nzérékoré. Ils ont une liste noire dans laquelle ils mettent le nom des dignes fils de N’zérékoré. Mais, si vous restez et qu’ils font du mal à ceux-ci, ça veut dire qu’ils vous feront la même chose à votre tour. On sait qu’ils sont là pour nous gouverner ; mais, le jour où ils proféreront des menaces contre les dignes fils de Nzérékoré. C’est le même jour qu’ils partiront de la ville. Restez à l’écoute et informez vos villages respectifs. Le moment venu, on va vous alerter », a indiqué Cécé.

Concernant le retour du capitaine Moussa Dadis camara, ancien chef de la junte militaire, monsieur Théa a été catégorique : « si Dadis n’est pas là, il n’aura pas d’élection en Guinée forestière. Ils nous ont menti en 2010, 2013 et 2015, en disant que si nous votons pour le RPG, Dadis reviendra en Guinée. Mais, c’était archi faux. Donc, cette fois-ci, c’est Dadis ou Rien… », a martelé, Cécé Théa.

Enfin, le vice-coordinateur du FNDC, a lancé un appel pressant à la jeunesse forestière « il ne faut pas qu’on accepte d’être trompé avec des billets de 20 000 GNF. Ce sont ces billets qui vont faire notre vie ? Si on ne se lève pas, on ne pourra pas sauver la Forêt. Si on veut que la Forêt aille de l’avant, il faut que chacun prenne son bâton de pèlerin. Donc, désormais, quand on appelle à une réunion, il faut que vous répondiez massivement. Car, le combat que nous menons n’est pas celui de Cécé Loua, ni de moi, Cécé Théa. 3ème mandat Hopaipèly (ça ne marchera pas) ».

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél. : 620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin