Les réactions continuent de se faire entendre à N’Zérékoré suite à l’attaque du siège de la CEPI, incendié nuitamment par des inconnus. Après la présidente de ce démembrement de la CENI et le directeur de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré, c’est au tour du préfet de s’exprimer sur la question. Elhadj Sory Sanoh a organisé un point de presse ce mercredi, 12 février 2020, pour réagir à cette situation qui focalise les attentions dans la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Il a exprimé son amertume face à cette attaque, avant de préciser qu’elle n’a aucune incidence sur le processus électoral en cours. « Voir un bâtiment en feu comme ça, aucune personne qui a un sens moral, ne peut rester sans amertume face à cette situation. L’ennemi pensait que le matériel indispensable pour la tenue des élections était là-bas.

Mais nous, autorités régionales, préfectorales et communales, et les forces de défense et sécurité, chaque fois on se réuni et on se penche sur certains points. Ce qui nous a amenés à enlever ces matériels-là pour les mettre en sécurité ailleurs. On ne dira pas qu’il n’y a pas eu d’effets brûlés, mais ce qui a été brûlé n’a aucune incidence sur le processus électoral à N’Zérékoré », a-t-il dit.

Pour l’heure, les auteurs de l’acte ne sont pas identifiés. Mais, le préfet de N’Zérékoré soupçonne l’opposition d’être derrière cette attaque. « Puisque les gens disent qu’ils empêcheront la tenue des élections, si quelque chose tendant à empêcher d’aller à ces élections arrive, avant que l’auteur ne soit connu, à qui on va penser ? On peut dire que c’était prévisible, parce que c’est de bonne guerre », a dit l’administrateur territorial.

Elhadj Sory Sanoh assure que les élections auront effectivement lieu le 1er mars prochain à N’Zérékoré. « Donc je demande à la population de rester serein et d’aller chercher leurs cartes d’électeurs dans la tranquillité, dans le calme et dans l’entente », a-t-il lancé.

A noter que les partis d’opposition, qui menacent d’empêcher la tenue des élections législatives et du référendum constitution du 1er mars 2020, n’ont pas encore réagi aux accusations des autorités de N’Zérékoré.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin