Les élections législatives couplées au référendum constitutionnel sont programmées pour le 1er mars 2020, par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Dans le cadre de l’exécution du chronogramme de la CENI, la distribution des cartes d’électeurs a été lancée à travers le pays. En plus du retard à l’allumage, il y a une certaine cacophonie qui entoure le processus à certains endroits. C’est le cas à Ansoumania Plateau 2, dans la préfecture de Dubréka, où une sainte pagaille entoure la distribution des cartes d’électeurs ce jeudi, 13 février 2020, a constaté sur place Guineematin.com un de ses reporters.

Alfred Ouendeno, président de la commission de distribution des cartes électorales

De nombreux citoyens du quartier Ansoumania Plateau 2 ont envahi le local aménagé pour la distribution des cartes d’électeurs. Une scène indescriptible y a prévalu, au grand dam du président de la commission de distribution. C’est ce qu’a laissé entendre Alfred Ouendeno, interrogé par notre reporter : « si vous voyez que nous sommes envahis ce matin par les habitants de ce quartier qui s’empressent d’être en possession de leurs cartes d’électeurs, c’est parce que nous avions été retardés dans la distribution de ces cartes qui normalement, devrait se faire au début de la semaine. C’est pourquoi nous vivions cette pagaille invivable ce matin. Malgré cette anarchie, l’opération de distribution des cartes d’électeurs se déroule sans incident », a-t-il expliqué.

Toumany Camara, chef du quartier d’Ansoumania Plateau 2

Abondant dans le même sens, Toumany Camara, chef du quartier d’Ansoumania Plateau 2, a rejeté la responsabilité du retard et de la cacophonie à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). « Si vous voyez cette pagaille qui sévit actuellement dans la distribution de ces cartes d’électeurs dans ma zone, cela est dû au fait que la CENI a accusé un grand retard dans l’acheminement de ces cartes dans mon quartier. Donc, cela n’a pas permis aux membres de la CEPI de les classer par ordre alphabétique. Voilà pourquoi, chaque habitant arrivé sur les lieux se procure un lot important pour chercher ses cartes, mais sans une provocation. Donc, sachez que la faute de cette pagaille dans la distribution des cartes d’électeurs à Ansoumania ne nous incombe nullement ».

Amara Keita, habitant d’Anoumanya

Devant la forte affluence, les citoyens n’ont pas manqué d’exprimer leur impatience. C’est le cas d’Amara Keita, habitant d’Ansoumania Plateau 2 : « depuis mon arrivée à 8 heures ce matin, je vous assure que malgré mes fouilles dans plusieurs lots, je n’ai pas encore trouvé ma carte d’électeur, alors qu’il est 11h. Ce qui est entrain de m’inquiéter. C’est la même chose pour ma femme et certains de mes frères. Même si je vais faire toute la journée ici, j’ai l’espoir de trouver les cartes sans problème. Mais au cas contraire, je vais m’en prendre aux membres de la CEPI et je les ai déjà avertis ».

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél : 661 74 99 64

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin