image d’archive

C’est une fin de soirée pleine d’émotions à Wanindra, dans la commune de Ratoma, où des personnes ont été blessées ce jeudi, 13 février 2020, lors des manifestations contre un troisième mandat du président Alpha Condé. Selon des citoyens de ce quartier qui ont joint Guineematin.com au téléphone, un des jeunes blessés a rendu l’âme dans la soirée.

C’était pourtant la dernière journée de l’acte 4 de la « résistance active et permanente », appelée par le FNDC (Front national pour la défense de la constitution). Mais, les affrontements entre les forces de sécurité et les jeunes manifestants contre la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution guinéenne pour se maintenir au pouvoir ont entraîné plusieurs blessés dont un qui a succombé à ses blessures.

Des citoyens de Wanindra qui ont joint Guineematin.com au téléphone ont accusé des agents des forces de l’ordre d’avoir usé des armes à feu contre les civils non armés. Et, c’est Idrissa Barry, âgé de 15 ans, originaire de la sous-préfecture de Baley, préfecture de Mamou, qui aurait perdu la vie.

Affligés par cette mort, les opposants au changement constitutionnel dénoncent une décision que les autorités guinéennes auraient prise pour interdire aux hôpitaux de recevoir les blessés des manifestations contre le troisième mandat du président Alpha Condé. « La croix rouge n’ose plus venir chercher les victimes. Et, les blessés qui sont allés à Donka ont été refoulés hier », accuse un citoyen, dépité par cette attitude « inhumaine ». « Même en temps de guerre, les blessés sont reçus et bénéficient des soins », rappelle-t-il.

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin