Pour la deuxième journée consécutive, le FNDC a organisé une manifestation ce jeudi, 13 février 2020, dans la sous-préfecture de Kolaboui, relevant de la préfecture de Boké. Plusieurs habitants de cette localité sont descendus dans les rues pour dénoncer le projet de nouvelle Constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Les manifestants ont coupé la circulation et paralysé toutes les activités dans la commune rurale. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, le responsable local du FNDC a salué le succès de cette nouvelle journée de manifestation. Amara Wouteme Camara se félicite particulièrement de la participation des femmes à ce mouvement de protestation.

« Aujourd’hui, les femmes, dans leur majorité, étaient dans les rues de Kolaboui. Je parle des femmes Bagas, Nalous, Landoumas, Diakankés et autres. Hier nuit, elles nous ont appelés pour dire qu’elles comptaient nous rejoindre dans le combat contre le projet de nouvelle Constitution. Et comme promis, ce jeudi matin, elles sont dans les rues pour manifester contre ce projet. Elles disent qu’elles ne veulent pas de ce projet de nouvelle Constitution. Depuis le matin, aucun véhicule ne circule à Kolaboui. Nous sommes très satisfaits de cette journée de manifestation, car nous savons que nous pouvons maintenant compter sur le soutien des femmes. C’est la première fois qu’elles participent à nos manifestations », a-t-il indiqué.

Le coordinateur du FNDC à Kolaboui s’indigne contre des menaces de mort que le préfet de Boké aurait proférées à l’encontre des opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé dans la préfecture. Il assure toutefois que ces menaces ne vont nullement dissuader le FNDC et menace même de fermer toutes les sociétés minières évoluant dans la préfecture de Boké. « Le préfet de Boké est en train de nous menacer de mort. Il nous a dit qu’il est venu à Boké pour tuer, il dit que quiconque sabote le pouvoir d’Alpha Condé, il va le tuer. Les sages de Kakandé sont tous informés de ces menaces de mort. Nous sommes en train de prendre nos dispositions. Nous savons que Boké est leur poumon, c’est ici qu’ils (les gouvernants) volent toutes les richesses du pays.

Ils sont en train de piller nos ressources minières à Boké et c’est pour ça qu’ils sont en train de nous menacer. Donc dans les jours à venir, si Alpha Condé persiste, nous allons fermer toutes les sociétés minières qui évoluent dans la région de Boké. Et nous allons chasser tous les expatriés, notamment les chinois. Nous allons demander le départ de tous les chinois, nous allons fermer la SMB. Si vous voyez qu’Alpha Condé veut se cramponner au pouvoir c’est parce qu’il sait que ces sociétés lui rapportent beaucoup d’argent. Donc s’il persiste à changer la Constitution, nous allons fermer les sociétés minières », a prévenu Amara Wouteme Camara.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin