Les cas d’abus de confiance et d’escroquerie portant sur des visas pour l’extérieur sont récurrents en Guinée. C’est dans le cadre de la répression de ce type de délits que Mamadou Mouctar Diallo, qui se fait passer pour un employé de la Présidence de la République, a comparu le jeudi, 13 février 2020, au tribunal de première instance de Mafanco. De nombreux citoyens sont parties civiles dans ce dossier où Mamadou Mouctar Diallo risque gros, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les faits pour lesquels Mamadou Mouctar Diallo est poursuivi se sont produits au courant de l’année 2015. Le prévenu, placé sous mandat de dépôt le 17 juin 2019, est accusé d’avoir pris d’importantes sommes d’argent avec ses victimes, dont des commerçants, à l’effet de les aider à obtenir des visas pour l’extérieur. Pour la première audience dans cette affaire, deux individus ont comparu devant la juge Fatoumata Camara pour expliquer leur mésaventure.

Mamadou Oury Diallo, maitre coranique de profession, a expliqué de quelle manière Mouctar Diallo a pris dans ses mains plus de 40 millions de francs guinéens et d’autres montants en monnaie étrangère. « Mouctar Diallo a été conduit chez moi par un ami médecin que je connais bien. Il m’a dit qu’il est malade, je lui ai dit que grâce à la prière, je peux le guérir. On a fait un bon temps ensemble. Un jour, on m’a appelé de Mamou pour me dire que j’ai un parent qui a été mis en prison. Mouctar Diallo m’a dit qu’il travaille à la présidence et qu’il pouvait m’aider à libérer mon parent à condition que je lui donne de l’argent. Il m’a demandé un montant de 8 millions de francs guinéens. Après ça, il m’a dit qu’il connait un monsieur qui fait voyager les gens sur l’Europe. Il m’a fait payer énormément d’argent. Mais, ce que je retiens, c’est 43 millions de francs guinéens, 500 Euros et 100 Dollars. Je ne pouvais pas imaginer qu’il pouvait me faire ça parce que j’avais confiance en lui », a-t-il expliqué.

Abondant dans le même sens, Alpha Oumar Sow, commerçant de profession, dit avoir été victime des agissements de Mouctar Diallo avec cinq autres de ses proches. « Je suis ici pour parler en mon nom, mais aussi au nom de cinq autres personnes qui sont victimes comme moi. Mamadou Mouctar Diallo nous avait donné une carte de visite sur laquelle il est mentionné qu’il travaille à la Présidence de la République. Il nous a dit qu’il pouvait nous aider à voyager. On lui a donné une forte somme d’argent. Mais au finish, on a compris que c’est un faux. Dans l’ensemble, nous avons dépensé les montants suivants : 6 milles 100 Euros, 2 milles 800 Dollars, 34 millions de francs guinéens, 300 Dollars, 40 millions de francs guinéens, 12 millions 500 mille francs guinéens, 4 millions de francs guinéens et sept passeports. Il faut ajouter à ça nos frais de transport sur Dakar parce qu’il nous avait dit d’aller chercher les visas dans la capitale du Sénégal. C’est là-bas qu’on a tous compris son plan. Dès qu’il a su que nous sommes au courant, il a éteint son téléphone. On ne pouvait plus le contacter », a expliqué Alpha Oumar Sow.

Appelé à la barre, Mamadou Mouctar Diallo a nié les faits pour lesquels il est jugé, arguant que certains plaignants s’acharnent contre lui par jalousie. « Je ne reconnais pas tout ce qu’ils ont dit à propos des montants. J’ai seulement reçu 1800 Euros pour donner à celui qui devait m’aider à les faire voyager. La somme d’un million de francs guinéens, c’était pour la confection d’un passeport. Mamadou Oury Diallo est jaloux de moi parce qu’il a voulu épouser une femme qui était amoureuse de moi. Comme la femme ne voulait pas de lui et qu’il me voyait avec cette dernière, c’est pourquoi les deux s’acharnent contre moi. Sinon, je n’ai rien fait. Le procès-verbal qui a été fait au commissariat ne vient pas de moi parce qu’on m’avait forcé à le signer. Sinon je n’ai rien fait. Au contraire, c’est moi qui ai aidé les gens qui me poursuivent aujourd’hui », s’est-il défendu.

Le tribunal a procédé à une jonction de procédure dans cette affaire parce qu’un groupe poursuit Mouctar Diallo pour abus de confiance et l’autre pour escroquerie. Le dossier a été renvoyé au 27 février pour la comparution de toutes les parties et des témoins.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin