La résolution du parlement européen, qui accable le pouvoir d’Alpha Condé, polarise les débats en Guinée, notamment dans les rangs du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). La structure y voit une reconnaissance internationale de son combat contre le 3ème mandat pour Alpha Condé.

A l’Union des Forces Républicaines (UFR), l’on se félicite de cette sortie tout en invitant les militants à ne pas reculer devant la volonté d’Alpha Condé de doter la Guinée d’une nouvelle constitution. L’annonce en a été faite ce samedi, 15 février 2020, à l’occasion de l’assemblée générale du parti, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Honorable Goyo Zoumanigui, Fondateur et vice-président de l’UFR

C’est l’honorable Bakary Goyo Zoumanigui qui a présidé la rencontre. Dan son intervention, le vice-président de l’UFR a réagi sur l’adoption du projet de résolution par le parlement de l’Union Européenne sur la Guinée. « Cette sortie du parlement de l’Union Européenne prouve que la communauté internationale se soucie du sort du peuple de Guinée. Et je voudrais, au nom du bureau exécutif, féliciter tous ceux qui, dans le cadre du combat lancé par le FNDC, se sont mobilisés et sont sur le terrain de la résistance active. Nous ne devons pas baisser les bras, la résolution finale de l’Union Européenne, vous allez voir les conséquences dans les semaines à venir. Parce que les promoteurs du 3ème mandat seront inquiétés. Cela, parce que tous ces gens-là ont leurs familles à l’extérieur. Et, ils sont déjà inquiets parce que leurs familles qui sont là-bas ont à faire aujourd’hui aux services d’immigration de ces différents pays. Donc, continuons le combat. C’est la seule constitution qui nous donne la possibilité de résister à l’oppression. Donc, nous ne devons pas donner la chance à Alpha Condé de nous imposer une dictature. Nous devons nous opposer à ce projet de 3ème mandat avec tous les moyens, légaux comme illégaux… ».

Honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Abondant dans le même sens, l’honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR, a rappelé que la Guinée a des relations avec l’Union Européenne qui est très regardante en termes de bonne gouvernance et de respect des normes démocratiques. « Notre lutte commence à porter fruits. Ne croyez pas que les promoteurs du 3ème mandat n’ont pas la peur au ventre. C’est la première fois que le parlement de l’Union Européenne prend une telle résolution sur la Guinée… L’aide de l’UE en direction des Pays en Voie de Développement est toujours sanctionnée par la bonne gouvernance, la démocratie. Alpha Condé a créé son parti sous Lansana conté, il vient faire la promotion de la bonne gouvernance à travers des conférences de presse où il disait que si les présidents ne sont pas démocratiques, de se rebeller et de prendre les armes. Aujourd’hui, ce monsieur vient par le biais de la démocratie, entre parenthèse parce qu’on sait qu’il est venu au pouvoir par le biais de la tricherie et de la combine. Et une fois au pouvoir, il veut nous montrer sa seconde face, la face d’un dictateur, la face d’un oppresseur. Ça ne marchera pas. »

Poursuivant, Saïkou Yaya Barry a rappelé à l’ordre le président Condé qui brandi l’argument de la souveraineté et de la non-ingérence pour répondre aux Occidentaux. « Aujourd’hui, Alpha Condé se met à dire que l’UE ne peut pas s’imposer et que la Guinée est un pays souverain. De quelle souveraineté il parle ? Alpha Condé, pour arriver au pouvoir, il a contacté l’UE, la France, les États-Unis pour qu’on l’aide à être président de la République de Guinée. Aujourd’hui, il est assis sur nous, il se permet de dire que ce n’est pas eux qui l’ont mis là ! Mais, nous savons tous comment il est arrivé. »

Après avoir dénoncé la mauvaise gestion de la Guinée depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, Saïkou Yaya Barry a réitéré que l’Union Européenne a le droit de demander des comptes à la Guinée. « Avant l’arrivée d’Alpha Condé, on était à 20 millions de tonnes de bauxite exploitée et on savait où partait l’argent. Alpha est arrivé, il est à 70 millions de tonnes de bauxite exploitée, soit 50 millions de plus. Ce que les 20 millions rapportaient à la Guinée, les 70 millions ne rapportent pas ça. L’argent des contribuables européens a aidé le pays à faire des écoles, à faire des formations sur les institutions de notre pays. Un exemple, Alpha Condé dit qu’il a réalisé des routes, alors que ce n’est pas lui, c’est Lansana conté : le pont de Moussoudougou, c’est l’UE ; le pont de Boffa, c’est l’UE ; le pont entre Kouroussa et Siguiri, c’est l’UE. Mais, quand ces gens là veulent tuer l’économie, ils se disent qu’ils sont souverains. Je dois vous rappeler tout simplement que l’Union européenne est dans son droit parce que nous avons signé des accords avec eux », a rappelé le secrétaire exécutif de l’UFR.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin