Les conditions de détention dans les prisons guinéennes sont souvent dénoncées par les organismes de défense de droits de l’homme. En plus de la promiscuité, s’ajoutent l’accès à une bonne alimentation et à des soins de santé adéquats. C’est pour soulager les détenus de la prison civile de sa préfecture d’origine, que Mamadou Aliou Diallo, cofondateur de l’Institut International de Formation en Santé de Télimélé, a pris l’initiative de leur apporter des soins de santé. L’activité s’est déroulée les 14 et 15 février 2020, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La population carcérale doit faire l’objet d’une attention soutenue aussi bien de la part des autorités que des personnes de bonne volonté en vue de prévenir d’éventuelles épidémies. C’est dans cette optique qu’un fils ressortissant de Télimélé a pris cette initiative d’apporter des soins de santé aux prisonniers de Télimélé à travers des examens médicaux et l’octroi de médicaments.

L’initiateur de cet acte hautement humanitaire, Mamadou Aliou Diallo, cofondateur de l’Institut International de Formation en Santé de Télimélé, a expliqué l’idée qui l’a poussé à se lancer dans cette aventure. « Notre institut tisse de très bonnes relations avec le régisseur de la prison civile qui est en même temps notre étudiant en troisième année santé publique. Il m’a invité à venir visiter la prison et je suis venu à maintes reprises en apportant des médicaments aux prisonniers. Mais une fois, je suis venu trouver les prisonniers en train de fabriquer des bouteilles, et j’ai demandé au régisseur si je peux amener avec moi en Hollande ces bouteilles, les revendre et investir sur les prisonniers. Il m’a donné l’autorisation et c’est ce qui fut fait. Je suis revenu à Télimélé lui demander ce qu’il faut faire maintenant du montant, il m’a conseillé de chercher des médicaments pour les prisonniers. C’est pourquoi vous nous avez devant vous », a expliqué monsieur Diallo.

Quant au régisseur de la prison civile de Télimélé, Moriba Sylla, il s’est dit enthousiasmé des relations de bon voisinage qui existent entre sa structure et ledit institut. Il a exhorte les autres bonnes volontés d’emboîter le pas à l’initiateur de ce projet. « Je me réjouis fortement de cet acte humanitaire de mon collègue de l’Institut d’avoir pensé à l’amélioration des conditions sanitaires des détenus de la prison civile de Télimélé. Après avoir servi dans plusieurs autres localités du pays, arrivé ici, je me suis dit de consacrer mon temps de repos à la recherche d’autres connaissances et c’est ainsi que j’ai décidé d’aller m’inscrire à l’Institut où j’ai eu des bons rapports avec les fondateurs. J’invite les personnes de bonne volonté et les ONG à penser à la population carcérale pour le bien de tous ».

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin