Dans le but de rendre plus visible ses activités sur le terrain, la société minière Guinea Alumina Corporation (GAC), a fait visiter ses installations situées à Boké à une dizaine de journalistes des médias privés. Cette visite guidée a eu lieu du mardi, 11 février au jeudi, 13 février 2020, où les hommes de médias se sont rendus compte de ce qui est fait sur le terrain tant en termes de sécurité des travailleurs que du respect des normes environnementales, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

La première étape de cette visite guidée a été Tinguilinta, site où GAC exploite la bauxite qui est ensuite transféré vers le port minéralier de Kamsar sur une distance de 90 kilomètres. A Tinguilinta, où se trouvent la base vie et la carrière d’exploitation, deux choses frappent le visiteur : le dispositif sécurité/santé et le respect strict du code de l’environnement, le tout dans une complicité peu commune entre les travailleurs.

Matin SIMARD, responsable des communications chez GAC

En matière de santé et de sécurité au travail, il a été expliqué aux journalistes les mesures prises dans ce sens avec un taux d’accidents avec pertes de temps de 0,17%, soit nettement en deçà de la moyenne nationale et internationale. « Chez nous à GAC, nous ne voulons aucun blessé, de quelque nature que ça soit. C’est pourquoi, nous sommes de plus en plus attentifs et nous prenons les mesures pour assurer la sécurité de tous les travailleurs et/ou visiteurs sur nos installations », a fait savoir Matin SIMARD, responsable des communications chez GAC.

 

Mamadou Samba Barry, responsable de la biodiversité à GAC

Fier des progrès réalisés sur le terrain en matière de respect de la biodiversité, Mamadou Samba Barry, a décrit ses objectifs en plusieurs axes, à savoir éviter les impacts de l’exploitation minière sur la biodiversité, minimiser les impacts causés, les corriger, réhabiliter et aussi restaurer toutes les zones impactées. « Nous disposons d’un mécanisme officiel de traitement des plaintes qui permet à n’importe quel membre de la communauté de faire part de ses préoccupations quant à notre performance environnementale et sociale. Et, nos activités sont surveillées par un tiers indépendant qui veille à ce que nous respections tous nos engagements liés aux normes de performance de la SFI (Société Financière Internationale) et aux Principes de l’Equateur », a laissé entendre le chef du département Environnement à GAC.

Contrairement à de nombreuses sociétés minières qui pullulent dans notre pays, Guinea Alumina Corporation (GAC) a créé son propre barrage pour alimenter en eau sa base vie ainsi que la mine, située à une quinzaine de kilomètres du site, précisément dans la rivière Thiouladjiwol.

Au niveau du transport du minerai entre le site d’exploitation et le port de Kamsar, GAC dispose à ce jour 120 wagons tirés par deux locomotives de la CBG. Et, dans un avenir proche, elle entend en rajouter 120 autres. Ceci, pour gagner le pari de l’accroissement de la production dès cette année 2020, considérée comme une année charnière pour la société.

En outre, les responsables de GAC ont expliqué le processus que suit la bauxite, du concassage à Tinguilinta au transbordement en haute mer. Selon nos informations, à la carrière de Tinguilinta, le minerai est concassé, puis acheminé par un convoyeur d’une capacité de 2 500 tonnes par heure, qui à son tour décharge la quantité dans l’une des aires de stockage de 165 tonnes chacune. C’est ainsi que le minerai sera embarqué à bord des wagons à l’aide de quatre chargeuses frontales. Une fois au port de Kamsar, tout un arsenal de machines est mis en place. La décharge est effectuée par un culbuteur double qui a la capacité de renverser deux wagons à la fois. Après plusieurs étapes, le minerai arrive au niveau d’une gigantesque roue-pelle qui effectue les travaux de manutention avec une vitesse de 45.000 tonnes par heure. La roue-pelle classe le minerai en fonction de la teneur en alumine. C’est de là que le processus de transfert vers le transbordement en haute mer commence, a-t-on appris sur place.

Il faut rappeler qu’au total, 1,4 milliard de dollars ont été investis pour mettre en place toutes les installations de GAC. Cette année, la société ambitionne d’atteindre une vitesse de croisière de plus de 13 millions de tonnes. Au lieu de deux trains par jour, la société compte aller à quatre trains d’ici la fin de l’année pour mieux satisfaire ses clients, notamment indiens et chinois.

De retour de Boké, Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin