Alexandre Cécé Loua accuse sa femme d’avoir assassiné sa mère

Le procès en appel de Rosaline Loupou Haba, épouse de l’ambassadeur de Guinée à Londres, Alexandre Cécé Loua, se poursuit devant la Cour d’Appel de Conakry. L’ancien ministre guinéen des affaires étrangères poursuit sa femme pour l’assassinat de sa mère. Il a remporté la bataille en première instance, mais la dame a saisi la juridiction supérieure pour contester la décision, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le 26 janvier 2017, Sény Théa, 81 ans, mère d’Alexandre Cécé Loua, a été retrouvée morte dans sa chambre, à Lambanyi, un quartier de la commune de Ratoma. Le 22 février de la même année, l’ancien ministre des affaires étrangères et actuel ambassadeur de Guinée à Londres porte plainte contre X. Les enquêtes menées par les services de sécurité ont conduit à l’interpellation de son épouse, Rosaline Loupou Haba, 61 ans, et mère de 3 enfants. Cette dernière a été finalement inculpée pour assassinat et complicité d’assassinat et placée sous mandat de dépôt le 22 mars 2017.

A l’issue de son procès, qui a eu lieu au tribunal de première instance de Dixinn, l’accusée a été reconnue coupable de l’assassinat de la vieille dame et condamnée à la prison à perpétuité, le 28 mai 2018. N’étant pas d’accord avec cette décision, l’épouse de Cécé Loua a interjeté appel auprès de la Cour d’Appel de Conakry. Les deux parties au procès se sont expliquées devant la juridiction supérieure, avant l’ouverture de la phase des réquisitions et plaidoiries, le vendredi 14 février 2020.

Dans ses plaidoiries, l’avocat de la partie civile, maître Labila Michel Sonomou, a expliqué que c’est une histoire de jalousie qui a poussé Rosaline Loupou à tuer sa belle-mère. « La mort de cette vieille, a un précédent. Tout est parti d’une histoire de jalousie. La victime, madame Sény Théa, a proposé à son fils Alexandre Cécé Loua, de marier Koline, une fille élevée dans la famille d’Alexandre Loua.

Lorsque la vielle a fait cette proposition à son fils, sa femme Rosaline était réticente, elle n’était pas d’accord. Elle a contacté un marabout pour éliminer physiquement la demoiselle Koline. Mais, comme l’élimination de la fille par des moyens occultes n’a pas réussi, elle a fait face à la vieille. C’est ainsi qu’elle est allée chercher deux jeunes, elle les a payé 20 millions de francs guinéens pour venir ôter la vie à sa belle-mère », a soutenu le conseil de la partie civile.

Il ajoute que les jeunes en question se sont introduits dans la chambre de la vieille et l’ont étranglée jusqu’à la mort. « C’est pourquoi, je vous demande de confirmer sur toute ses dispositions, la décision rendue par le tribunal de Dixinn », a sollicité Me Labila Michel Sonomou.

L’avocat général près la Cour d’Appel de Conakry a demandé aussi à la juridiction de condamner l’accusée, mais en lui accordant des circonstances atténuantes. « Elle (l’accusée, ndlr) a reconnu les faits. Elle a dit que comme elle n’a pas pu éliminer mystiquement Koline, elle a fait face à sa belle-mère. Mais malgré tout cela, je vous demande de lui accorder des circonstances atténuantes, car c’est une mère de famille », a-t-il requis.

De son côté, l’avocat de la défense a plaidé non coupable. Pour maître Jean Baptiste Joachin Haba, sa cliente est innocente. Et par conséquent, elle doit être purement et simplement acquittée. « Il ne s’agit nullement d’une histoire de jalousie. Elle (l’accusée, ndlr) n’a jamais reconnu les faits, elle a été torturée de bout en bout par les services de Tiegboro Camara pendant 9 jours. Madame Sény Théa est morte d’une mort naturelle.

Madame Rosaline n’a jamais tué, elle ne mérite pas la prison. Donc je vous prie d’infirmer dans toutes ces dispositions, le jugement rendu par le tribunal criminel de Dixinn, le 28 mai 2018 ; de constater qu’il n’y a pas de condamnation à une peine de complicité sans auteur principal ; d’acquitter purement et simplement, ne serait-ce qu’au bénéfice du doute, ma cliente », a plaidé l’avocat de la défense.

Finalement, la Cour a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 27 mars 2020.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/ 654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin