Robert Kaliva Guilavogui, membre influent du FNDC à Macenta, a été arrêté hier, samedi 15 février 2020, dans cette ville de la Guinée forestière. Plus de 24 heures après son interpellation, sa famille n’a toujours pas eu de ses nouvelles.

Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, Pierre Guilavogui est revenu sur les circonstances de l’arrestation de son jeune frère Robert Kaliva. « C’était hier, samedi, aux environs de 9 heures du matin qu’un pick-up de la gendarmerie avec six (6) gendarmes à son bord, est venu nous trouver dans un café à la gare routière de Macenta. Quand ils sont arrivés, ils ont dit qu’ils sont venus chercher Junior Kpakataki et que c’est le préfet qui avait besoin de lui. C’est alors qu’une chaude discussion a commencé entre eux (les gendarmes) et nous. Nous leur avons dit que si le préfet avait besoin de lui, ce n’est pas de cette façon qu’on doit venir le chercher. Donc nous leur avons dit que nous pouvons aller, mais ce n’est pas à bord de leur pick-up.

Finalement après plusieurs disputes, ils ont accepté que Junior soit sur sa moto et moi derrière lui. Nous sommes allés ainsi au domicile du préfet de Macenta sous escorte du pick-up. Arrivés à la résidence du préfet, nous y avons trouvé toutes les autorités dont le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnégo Guilavogui, qui a été élu sous la bannière de l’UFDG. Lorsque le préfet nous a vus, il a d’abord lancé des éloges à Junior en disant qu’il aurait très bien servi le RPG, car il est un jeune brillant. Ensuite il a dit que l’ordre vient de la hiérarchie et qu’il (Junior) doit aller à Faranah. C’est ainsi que mon frère a été embarqué à bord du pick-up pour Faranah », a-t-il expliqué.

Pour ce citoyen, il n’y a aucun doute que son frère a été mis aux arrêts à cause de son opposition au projet de nouvelle Constitution du président Alpha Condé, qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat. Aujourd’hui, la famille de ce membre influent du mouvement Elazologa (ça ne marchera pas), la représentation du FNDC à Macenta, est très préoccupée par cette situation. « Tous les téléphones de Junior lui ont été retirés lorsqu’il montait à bord du pick-up. Depuis hier, nous n’avons aucune nouvelle de lui. Comme vous le savez, mon frère a été arrêté parce qu’il est contre le changement de la Constitution. Aujourd’hui sa famille, notamment sa femme, est très préoccupée de ses conditions de détention. Nous demandons sa libération immédiate car ce n’est pas un bandit, il a été arrêté pour avoir simplement exprimé son opposition au 3ème mandat pour Alpha Condé », soutient Pierre Guilavogui.

La famille de Robert Kaliva Guilavogui alias Junior Kpakataki a saisi Me Pépé Antoine Lama, avocat au barreau de Guinée, pour assurer la défense du jeune homme. Ce dimanche matin, l’avocat s’activait pour essayer d’avoir des nouvelles de son client.

Depuis plusieurs semaines, les autorités guinéennes arrêtent et emprisonnent beaucoup de citoyens, opposés au changement constitutionnel ambitionné par le pouvoir et qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Mais, ces manœuvres n’ont toujours pas dissuadé le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). La structure, composée de partis politiques et d’organisations de la société civile entre autres, appelle les Guinéens à de nouvelles manifestations les 19 et 20 février 2020, pour s’opposer à ce qu’elle qualifie de « coup d’Etat constitutionnel ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com