C’est une nouvelle victoire que vient d’enregistrer le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans son combat contre la nouvelle constitution. Six de ses membres, relevant de l’antenne préfectorale de Dabola, condamnés en première instance à Faranah, ont été libérés ce mardi, 18 février 2020, par la Cour d’Appel de Kankan. Ils étaient jugés pour participation délictueuse à un attroupement illégal, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après la libération hier, lundi 17 février 2020, de 4 proches du Kountigui de la Basse Côte par le tribunal de Mafanco (Conakry), c’est au tour de la Cour d’Appel Kankan de libérer 6 membres de l’antenne préfectorale du FNDC-Dabola. Ils avaient été arrêtés et mis sous mandat de dépôt le 16 janvier 2020 pour participation délictueuse à un attroupement illégal. Il s’agit d’Alpha Ibrahima Diallo, Hamidou Barry, Alpha Ibrahima Keïta, Ousmane Diallo, Mamadou Samba Boiro et Mohamed Kalas Keïta.

Au cours de leur procès au tribunal de première instance de Faranah, les six membres du FNDC-Dabola avaient écopé d’une peine de six mois de prison chacun et condamné au payement d’un montant de 200 mille francs guinéens chacun.

Ayant interjeté appel de cette décision, les six compagnons d’infortune ont été rejugés et libérés ce mardi par la Cour d’Appel de Kankan.

Dans la phase des réquisitions, le substitut du procureur général a requis la relaxe des prévenus. Dans ses plaidoiries, l’avocat de la défense va s’engouffrer dans cette brèche ouverte par le ministère public pour réclamer la libération de ses clients « pour délit non constitué ».

C’est sans surprise que dans la délibération la Cour d’Appel de Kankan va infirmer la décision du tribunal de première instance de Faranah, en renvoyant les six opposants au 3ème mandat pour délit non constitué.

Ce qui a suscité la joie de leur avocat, maître Soufiane Kouyaté. « Je suis vraiment satisfais à 100% parce que le droit a été dit. C’est l’objectif pour lequel on a relevé appel. Le 1er juge n’a pas bien fait son travail, parce qu’il n’a pas montré des preuves qui prouvent que mes clients sont coupables. C’est pourquoi le parquet a demandé qu’on les renvoie pour des fins de poursuite. »

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com